Vienne multiculturelle : il tue sa mère le jour de son anniversaire

mere-et-fils-6-ans-avant-le-meurtre

Un étudiant de 25 ans est fortement soupçonné du meurtre de sa mère, qui fêtait justement son 65eanniversaire, ce mardi matin (10 avril 2018). Il a sauté de la fenêtre du premier étage pour tenter d’échapper aux policiers, mais il a été arrêté.

La police avait été alertée par son père, un Nigérian qui vivait séparé de sa femme et de son fils. Celui-ci lui avait téléphoné pour dire qu’il avait fait quelque chose de grave.

Arrivés sur place, les agents ont trouvé le jeune homme debout sur le rebord de la fenêtre. Dans l’appartement, ils ont trouvé le corps sans vie d’Elna B., une Philippine, couvert de sang. Elle avait apparemment été assommée avec un objet contondant, qui n’a cependant pas été retrouvé. L’appartement ressemblait à un champ de bataille.

Le jeune homme avait entre-temps sauté de la fenêtre. Il a pu être maîtrisé, mais il criait et se débattait violemment.

C’était une gentille famille, disent les voisins, jamais de dispute. Jusqu’à ce matin-là, à 5h45, où ils ont été réveillés par une dispute et des cris.

 

Photo : mère et fils il y a six ans

Source : Krone

3 commentaires

  1. Posté par miranda le

    Ce genre d’acte se passe rarement d’enfant à maman. Même dans les milieux immigrés.
    Mais quand cela se produit, toutes les questions sont bonnes à se poser .

    Indépendamment qu’il s’agisse de famille immigrée :
    la mère pouvait être trop fusionnelle et ce jeune n’arrivait peut-être pas à trouver son espace
    Le jeune a peut-être été initié à la violence par les copains de la cité, ce qui l’encourage à libérer facilement ses pulsions
    le jeune est peut-être consommateur de drogue, ce qui peut conduire à des réponses violentes pour une petite critique, une broutille
    L’absence du père, du modèle dont l’enfant inconsciemment rend la mère responsable et il suffit d’une « petite étincelle » pour que se déchaîne alors la violence.
    Dans la cité « être violent » c’est prouver qu’on fait parti du cercle des « petits mâles dominateurs ».

    N’oublions pas qu’aujourd’hui « la mode est au déracinement ». Et que ce jeune homme portait en lui « trois identités » : maman philippine, Papa Nigérian et a été éduqué en France. Quand tous ces facteurs cohabitent, il est possible que des drames surviennent dans ces familles.

    LE DERACINEMENT tant ENCOURAGE par nos élites, n’a pas fini d’engendrer des drames. Mais nos élites sont tellement heureuses de déraciner des êtres dans le but de nous déstabiliser et de faire de nous des hors sol sur notre propre sol. N’est-ce pas?

    Cette maman a fait les frais d’un de ces facteurs.. ou de l’ensemble des facteurs, mais soyons humbles , il faudrait un livre entier pour comprendre ce qu’a subi cette maman.

  2. Posté par Sitting bull le

    Bah ! un fait parmi tant d autres , des comme ça il y en a tous les jours ..

  3. Posté par Charles Alexis le

     » C’était une gentille famille, disent les voisins, jamais une dispute …  »
    On les croit sur parole !
    BIS REPETITA PLACENT

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.