Poutine : Moscou sait qui est à l’origine de l’attaque de drones en Syrie… et ce n’est pas Ankara

post_thumb_default

 

Répondant aux questions de journalistes ce 11 janvier, le président russe Vladimir Poutine est revenu sur l'attaque de drones survenue en Syrie dans la nuit du 6 au 7 janvier 2018. 

Nous savons qui c'était. Nous savons combien et qui ils ont payés pour cette provocation

D'après le ministère russe de la Défense, les appareils ont été lancé sur les bases russes de Hmeimim et Tartous depuis une zone sous contrôle de rebelles soutenus par la Turquie. Mais le président russe, interrogé sur l'attaque ayant ciblé la base aérienne de Hmeimim, a tenu à mettre Ankara hors de cause. «Il s'agit de provocateurs mais ce n'étaient pas des Turcs. Nous savons qui c'était. Nous savons combien et qui ils ont payés pour cette provocation», a déclaré le président russe, ajoutant : «C'est une tentative visant à détruire notre relation avec nos partenaires, la Turquie et l'Iran». «Nous avons parfaitement saisi cela, et c'est pourquoi nous nous montrerons solidaires [avec nos alliés]», a encore déclaré le chef d'Etat russe, coupant court à toute controverse avec la Turquie, qui avait pourtant reçu une plainte formelle de Moscou, d'après le quotidien des Forces armées russes Krasnaïa Zvezda daté du 10 janvier.

Tous les #drones ont été détectés «à une distance considérable des objectifs #militaires russes», a indiqué le ministère de la Défense. Selon #Moscou, aucune victime n’est à déplorer.
➡️ https://t.co/b4bWTQ3gLppic.twitter.com/dPgrYTfWpe

— RT France (@RTenfrancais) 8 janvier 2018

Dans la nuit du 6 au 7 janvier, la base aérienne russe de Hmeimim, dans la province syrienne de Lattaquié, a été attaquée par dix drones, tandis que trois autres ont tenté de viser la base navale russe située dans la ville portuaire de Tartous. Tous les drones ont été détectés par les systèmes de défense antiaérienne «à une distance considérable des objectifs militaires russes», selon le ministère de la Défense. Sept d'entre eux ont été abattus avec succès par le système de défense antiaérienne russe.

Selon un communiqué du ministère russe de la Défense, c'était la «première fois que les terroristes utilisaient massivement des drones lancés à plus de 50 kilomètres en utilisant les coordonnées GPS de navigation par satellite».

Lire aussi : Solution politique en Syrie : le processus d'Astana pourrait aboutir plus vite que celui de Genève

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.