France: L’islamiste, cerveau de l’attentat de Djerba, poignarde trois gardiens de prison en criant «Allaou Akbar»

police française France
L’islamiste cerveau de l’attentat de Djerba, qui a fait 21 morts en avril 2002, a agressé trois gardiens de la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais).

Les trois surveillants du centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil ont été blessés ce jeudi à coups de ciseaux par Christian Ganczarski. L’un des blessés, sérieusement touché, a été transporté en urgence à l’hôpital.

Le parquet antiterroriste a annoncé se saisir de l’enquête.

L'attentat avait fait 21 morts

Christian Ganczarski, un Allemand converti à l’islam, a été condamné à dix-huit ans de réclusion criminelle pour complicité dans l’attentat contre la synagogue de Djerba, en Tunisie.

Il se trouvait à l’isolement depuis ce week-end. A l’ouverture de sa cellule, l’agresseur présumé se serait jeté sur les agents en criant : «Allaou Akbar».

Le 11 avril 2002, un camion-citerne rempli de gaz et d'explosifs avait sauté devant la synagogue de la Ghriba à Djerba en Tunisie. L'explosion avait entraîné la mort de 21 personnes présentes dans la synagogue : 14 Allemands, 5 Tunisiens et 2 Français.

Source

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.