No Billag. Mob G pour le Service dit public, au nom de la liberté d’expression, de la qualité, de l’objectivité, de la création,etc. Au tour de la culture, des artistes,etc. au nom de la « diversité »!

Cri Munch

MOB G pour le Service public mais pas au service de tous les publics, pour ce meilleur des mondes dont même un simple redimensionnement entraînerait une catastrophe. MDR.

Pour le réalisateur français Patrice Leconte la disparition de l'audiovisuel suisse de #ServicePublic "ce n'est pas un problème suisse, ce n'est pas un problème francophone, c'est une question de liberté d'expression, voilà tout".

Dans le texte de l'initiative soumis au vote du peuple, les initiants suppriment l'alinéa de la Constitution qui prévoit que "les radios et télévisions présentent les événements de manière fidèle et reflètent équitablement la diversité des opinions". Pour protéger la liberté d'expression et la démocratie suisse, la 4 mars il faut voter NON à #NoBillag#NoNoBillag.

ndlr. " Un service public pour la présentation fidèle et équitable de la diversité des opinions et comme garant de la liberté d'expression", il faut oser! MDR. Tout est vraiment bon pour tenter de sauver un monopole scandaleux dans un pays qui se veut pluraliste et démocratique, sauf en matière de médias.

Autre chantage : le chômage qui guetterait des milliers d'employés. Mais puisqu'ils sont si bons ils créeront toutes sortes de médias de grande qualité, pluralistes et concurrents. Ils devraient regarder les conditions très difficiles, vraiment, dans lesquelles  vivent les employés des TV et radios locales indépendantes.

Quand ont-ils pleuré et fait du chantage pour les centaines de milliers d'autres chômeurs? En plus il est totalement faux de dire qu'un Oui à No Billag entraînera des milliers de chômeurs. L'émotion, le chantage et la peur tant dénoncés ont visiblement changé de camp . Les maîtres chanteurs subitement atteints de la même grave maladie que "les populistes" ?

6 commentaires

  1. Posté par Derek Doppler le

    M. Leconte, le « cinéma Fronçais », c’est combien de millions de subventions par an, déjà?
    Sans parler de cette caste bien-pensante qui palpe systématiquement les avances sur recette au détriment des autres réalisateurs, pour ensuite refourguer des daubes cosmopolites inclusives infectes.
    Quand au problème francophone, on le perçoit très bien dans les cantons limitrophes du Frankistan, merci d’en rajouter une couche.
    Vos gueules les apparatchiks céfrans à la fin!

  2. Posté par J.J. le

    « On sème des petits cailloux partout » ET ON RECOLTE DE GROS LINGOTS PARTOUT!!!! Quant à la honte exprimé par cette caricature gauchiste post soixante-huitarde qu’en est-il des salaires exorbitants ponctionnés sur l’argent du peuple??? Qu’en est-il du montant inqualifiable racketté de manière aveugle à chaque foyer suisse (quelque soit sa situation!) depuis des décennies??? Qu’en est-il du mépris récurrent affiché depuis des années pour des solutions davantage modérées proposées par de vraies représentants du Peuple? Elle est où la honte Môssieur le Grand Défenseur des privilèges éhontés de ses semblables helvétiques???

  3. Posté par Pholos Bob le

    Et oui tous les assistés en première ligne pour éructer leurs mensonges.ah ah ah ça fait plaisir.
    OUI à no billag…..

  4. Posté par Antoine le

    Il faudra élevé un mur des lamentations pour toutes les organisations qui s’opposent à l’élimination de la redevance radio/TV.
    Je voterai OUI à no billag.

  5. Posté par Liberté et patrie le

    Alors continuez de pleurnicher et de répandre les idées de gôche. Ils ne s’arretent pas car ils sont dirigés par des groupes intéressés dans une seule idéologie. No Billag !

  6. Posté par Socrate@LasVegas le

    NO BILLAG
    ….Mais il ne faudra pas s’en tenir là:
    NO SCHENGEN
    NO CEDH

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.