La Suisse placée sur la liste « grise » des paradis fiscaux de l’Union européenne

ministres-ue

Les ministres européens de l'Economie et des Finances se sont réunis à Bruxelles pour établir une liste de paradis fiscaux. [Dursun Aydemir - Anadolu Agency/AFP] 

Ndlr : enfin des remerciements de l'UE à la Suisse pour les 1,3 millards offerts sans contrepartie !

 

Les ministres des Finances de l'Union européenne ont adopté mardi leur liste noire des paradis fiscaux. Cette dernière compte dix-sept pays, hors des frontières de l'UE. La Suisse figure sur une liste "grise".

Après une série de révélations sur l'évasion fiscale, les pays membres de l'Union européenne (UE) sont tombés d'accord, en février dernier, pour dresser cette liste des "juridictions non coopératives". Les Etats dans le viseur de l'UE possèdent bon nombre de sociétés-écrans.

La Suisse, elle, n'y figure pas. En revanche, elle a été placée sur une "watch list", ou liste de surveillance. Ces pays ont pris des engagements vis-à-vis de Bruxelles, mais ne les ont pas encore respectés. Selon le ministre français de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire, 47 pays ont été placés sur cette liste "grise".

17 paradis fiscaux

La liste noire comprend des pays qui, malgré dix mois de discussions, n'ont pas pris les engagements nécessaires.

Selon une source diplomatique, les 17 pays qui figurent sur la liste noire sont les suivants: Bahreïn, Barbade, Corée du Sud, Emirats arabes unis, Grenade, Guam, Îles Marshall, Macao, Mongolie, Namibie, les Palaos, Panama, Samoa, les Samoa américaines, Sainte Lucie, Trinidad et Tobago et Tunisie.

Source RTS

11 commentaires

  1. Posté par Albert le

    Et les p…. d’Etats d’Amérique de merde USA sont où?

  2. Posté par JeanDa le

    La Suisse sur une liste grise ???? Quel camouflet !!!
    Je recommande chaudement de faire tout notre possible pour figurer sans délais sur la liste NOIRE ! Pour cela, je pense qu’il suffit de rétablir le secret bancaire en tant que bras d’honneur !

  3. Posté par Socrate@LasVegas le

    Sale coup pour Doris Latharte, il faut dire que ses gros mollets n’étaient peut-être pas du goût de l’alcoolique qu’elle a crédité la semaine passée…pour peu qu’elle ait encore maladroitement décidé de laisser une culotte sous sa robe…

  4. Posté par hausmann. conrad le

    Nos « Grand-comiques » à Berne donneront un ou deux milliards supplémentaires à l’UE.

  5. Posté par Mauron le

    L’une de nos grandes banques se retrouve avec une raison sociale en accord avec cette décision :
    U Baisse Slip

  6. Posté par Sergio le

    Nous sommes sur liste noire de toutes les organisations internationales y compris les ONG. L’ONU ne manque pas une occasion de s’indigner, Amnesty, Greenpeace et les tribunaux droits-de-l’hommistes tirent sur la Suisse à boulets rouges. Alors une clique d’imposteurs islamo-mondialistes, que voulez-vous que ça nous fasse ?

  7. Posté par AngePur le

    Sur « Forum » de la RSR tout à l’heure, deux invités pour débattre de ce coup de poignard dans le dos de l’UE :
    – Ada Marra : Haineuse anti-suisse d’extrême gauche;
    – Guillaume Barazzone, PDC « progressiste » (comme il se définit lui-même), donc de gauche.
    Le débat démontre que ces deux binationaux Italo-suisses, pro-UE tous les deux, sont à peu près d’accord sur tout, à de toutes petites nuances près.
    Un exemple supplémentaire de faux-débat, totalement biaisé, proposé par la RTS. A vrai dire, c’est systématique…

  8. Posté par Le Taz le

    Et l’UE est sur la liste noire des organisations maffieuses néo-bolcheviques. Mais envoyons faire foutre ces voyous une bonne fois pour toute, dénonçons les accords Schengen et les bilatérales, nous ne devons pas négocier avec les terroristes. Il nous faut la bombe H comme la Corée du Nord, pas si fou l’humoriste de Pionyang ;-)

  9. Posté par Nicolas F. le

    C’est normal d’être sur la liste grise: pour seulement 1’000´000’000€ On échappait à la noire, pour éviter la grise c’est 5’000’000´000€. Merci au CF de préserver l’argent du contribuable. Et sur la liste noire suisse on met qui ?

  10. Posté par Derek Doppler le

    On notera que tous les merdias qui se réfèrent à une hypothétique cohésion nationale pour justifier le racket Billag sont exactement les mêmes qui se rallient systématiquement à l’UE et font par exemple état de ce chantage à la « liste grise » sans même s’en offusquer, voir avec une jubilation mal contrôlée.

  11. Posté par Myrisa Jones le

    Encore un moyen pour cette UERSS de faire du chantage à la Suisse pour obtenir ce qu’elle veut. C’est à dire tout: son territoire, sa législation, son économie, et tout l’argent si possible.
    Bref nous devons être une colonie pour qu’ils soient enfin satisfaits.
    Le baisser de culotte et les génuflexions permanentes de nos « 7 nains » en deviennent indécentes. Plus une once de fierté! Pauvre pays!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.