Italie. Vintimille: les habitants font face à des violences quotidiennes « On n’en peut plus de l’immigration »

vintimille-notgoingback

Plus de 43.000 illégaux ont été arrêtés depuis janvier dans les Alpes-Maritimes. À la gare de Menton-Garavan, les policiers de la PAF appuyés par les CRS contrôlent systématiquement les trains en provenance d’Italie.

«Depuis quelques semaines, nous assistons quand même à une dégradation des conditions de contrôle des clandestins, avec des rébellions plus fréquentes et beaucoup de faux papiers saisis», reconnaît le major Michel Prudent, patron de la brigade des chemins de fer. Le rythme des contrôles n’a jamais été aussi soutenu. Déjà 43.000 migrants interpellés dans les Alpes-Maritimes depuis le 1er janvier (contre 37.000 pour toute l’année 2016). Un millier d’arrestations par semaine en moyenne! Et un passeur serré chaque jour. «Nous avons arrêté 300 passeurs depuis janvier. Il y a très peu de récidivistes. On n’en voit jamais le bout!», lâche le commandant Lætitia Baronchelli, chef de la brigade mobile de recherche qui traque sans relâche les réseaux. Le préfet Georges-François Leclerc prédit 50.000 arrestations au total à la fin 2017. Son département aura, à lui seul, stoppé la moitié des clandestins interpellés en France cette année. Car la PAF locale les renvoie à 97 % en Italie, sous couvert de «non-admission». Une procédure éclair qui revient à considérer que les illégaux arrêtés n’ont jamais foulé le sol français. Ce système expéditif s’applique exclusivement dans des points de passage autorisés (les PPA) fixés par arrêtés ministériels. Et ces points-là, disséminés aux endroits stratégiques, sont contrôlés 24 heures sur 24.

La gare de Garavan constitue le point le plus important. C’est la première gare française après la frontière. «70% des interpellations ont lieu ici», affirme le commissaire Lallemand. Les migrants arrivés d’Italie se cachent parfois dans les placards techniques des wagons. «Ils étaient sept, l’autre jour, entassés dans ce réduit plein de fils électriques sous tension», confie, effaré, un agent de la PAF. Le record est de 108 migrants dans un train. Tous ceux qui sont expulsables sont dirigés vers le poste de Saint-Louis à Menton, avant leur remise aux autorités italiennes quelques centaines de mètres plus haut. La frontière est matérialisée par un grand triangle blanc peint sur le rocher. Matin et soir, c’est une noria indescriptible de voitures, de fourgons de police d’où sortent des silhouettes comme des ombres. «Les locaux de Saint-Louis ont été conçus pour 7000 éloignements d’illégaux par an au maximum. Alors imaginez avec un flux sept fois plus important…», déclare le commandant Hervé Bluteau, chef de poste chevronné. En attendant mieux, il faut tenir.

Ces délinquants notoires se sont mêlés aux jeunes migrants tunisiens frappés par le chômage qui les pousse à partir. Pas moins de 3000 migrants tunisiens seraient ainsi arrivés en Italie en septembre et octobre. «Il pourrait en réalité s’agir du double, car beaucoup de débarquements ont lieu sur des plages peu surveillées», avance une source bien renseignée. Et ceux-là, francophones, espèrent bien rester en France.

Dans la ville italienne de Vintimille, à deux pas de Menton, le climat s’est dégradé. Les migrants déambulent en ville, formant des grappes humaines par région ou par nationalité.

«Après trois ans de pression migratoire ininterrompue, on n’en peut plus. Pourtant, les Italiens ont une grande tradition d’accueil», assure Francesca, commerçante dans le centre-ville de Vintimille. Enrico Ioculano, le maire (Parti démocrate) de cette commune de 25.000 âmes, l’assure, de son côté: «La ville est épuisée.» Les violences sont devenues quotidiennes. Comme à Calais hier, désormais des rixes avec armes se produisent.

Les autorités locales se plaignent de phénomènes d’alcoolisation massive.

Des femmes sont harcelées et deux tentatives de viol ont suscité beaucoup d’émotion.

Des menaces de mort ont été proférées contre le maire. La police fait même état d’«alertes à la bombe» visant notamment la gare. Le questeur d’Imperia, chef-lieu du secteur, a dû dépêcher des renforts de policiers et de militaires par centaines. Au point que Vintimille compte désormais un uniforme pour 45 habitants. Sans parler des forces de l’ordre en civil. Des expulsions d’illégaux au profil de délinquant ont débuté le 11 octobre et le ministre de l’Intérieur à Rome met la pression sur Tunis pour que cesse l’hémorragie des repris de justice vers l’Italie.

Le Figaro

7 commentaires

  1. Posté par Sitting bull le

    je dis aux italiens , rejetez les a la mer encore une fois comme vos ancêtres l ont fait jadis

  2. Posté par miranda le

    Nos dirigeants n’ont plus de sentiment national.

    Le sentiment national est méprisable (du moins c’est ce qu’ils font passer comme message au profit d’un faux sentiment universaliste) qui cache avant tout le projet de faire venir des masses d’ailleurs concurrençant directement les travailleurs européens et qu’ils croient « susceptibles » de devenir les nouveaux esclaves.

    Nous ne pouvons nous attendre qu’à cela de la part de cette engeance pourrie.

    La politique de déconstruction des nations, des frontières qui les protégeaient permettrait donc l’entrée de nouveaux esclaves pour le patronat. Rêve qui n’est pas pour aujourd’hui ou pour demain.
    Car ce n’est pas la même génération qui débarque. Ce sont des envahisseurs, flemmards cherchant seulement à gagner du fric plus facilement. D’autant plus que leurs sociétés ne pouvant leur proposer de travail, cela les a rendus encore moins susceptibles de s’adapter au travail à l’occidentale.

    Une minorité seulement pourrait s’adapter aux exigences du travail à l’occidentale.

    Combien de millions vont-ils faire venir pour trouver au milieu d’eux « la perle minoritaire travailleuse »?
    Quand ils auront fait le tri, que vont-ils faire des autres immigrés inadaptés au monde du travail »? Des promeneurs-violeurs-agresseurs-casseurs et salafisés par « dessus le marché ».

    Faire vraiment autant que possible la promotion des sites qui donnent la vraie info sur l’immigration. Soit anonymement en indiquant les sites sur papiers et en les deposant dans les boîtes aux lettres, ou en les indiquant aux amis, aux familles susceptibles d’être intéressées.
    Des millions de gens ne connaissent pas la réinfosphère.

  3. Posté par Gabrielle le

    @hausmann, vous connaissez le dicton national… « Moins il en arrive aux frontières, plus il y en
    a dans les rues » ?

  4. Posté par Le Chapon cha pond pas le

    En cas de guerre, l’armée est indispensable. Il faut s’en donner les moyens politiques et vite !

  5. Posté par aldo le

    Et le maire qu’attend-il pour profiter de l’occasion d’exploiter un nouveau créneau touristique. Non pas pour aller les voir et leur lancer des cacahuètes. Mais des safaris d’entrainement pour la future guerre civile. Armes et munitions fournies par les maires de ces contrées désespérées en manque de touristes et d’industries. Avec remise des trophées sous forme d’une tête en réduction, méthodes étrangères inspirées des jivaros. https://www.youtube.com/watch?v=c36leZA80-o On voit déjà des autocars macrons débarquant depuis la Suisse et au retour, chaque vainqueur a droit à une petite tête comme la dernière du film. Et dans les carnotzet valaisans, ils pourraient inviter des chasseurs socialistes comme Rossini en lui disant: « Tu vois Stéphane voilà un de tes Mohamed préférés. Tu ne penses pas qu’il nous manque un Stéphane pour faire la paire ?

  6. Posté par rikiki le

    Et voilà des Tunisiens, je ne savais pas qu’ils étaient en guerre dans ce pays. En fait, ce sont de nouveaux fainéants en puissance.

  7. Posté par hausmann. conrad le

    Ces nouvelles qui tombent ! On est sidéré car la RTS. la Juie-de-Genève etc. nous disent tous les jours que les demandeurs d’asile sont toujours moins nombreux…qu’il y a pas de problème de clandestins ! On résume : Ils nous prennent pour des c…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.