Genève accepte un nouveau symbole de radicalisme musulman

burkini

Le burkini est désormais autorisé dans les piscines de la Ville. Sami Kanaan est grand! ...ou tout petit.

[A propos de cette nouvelle parue hier.]

Par Mireille Vallette

La tendance réactionnaire et sexiste de l’islam conquiert un nouveau bastion dans l’espace public. Le canton a «dépoussiéré le règlement» observe 20 Minutes auquel cette nouveauté parait toute naturelle .

Le 24 décembre 2015, un avis avait été posté dans les piscines publiques de Genève et je commentais: «Le saviez-vous? Moi pas. Le burkini qui couvre les cheveux et le reste du corps est interdit dans les piscines de la Ville.» Les femmes ne pouvaient pas porter un costume de bain au-dessous du genou. Je me réjouissais de cette fermeté.

Mais Sami Kanaan, conseiller administratif chargé des sports, est socialiste et Genevois. Deux attributs qui vous poussent à l’ouverture, à la tolérance, à l’amour de l’autre… fût-il obscurantiste. Réparant sa faute, le magistrat vient donc de publier un nouveau règlement qui autorise cette couverture, pour autant que le matériau corresponde aux règles d’hygiène. Une démission de plus devant l’offensive radicale. Comme pour son cousin le niqab, l’autorisation porte le message qu’«il y en a si peu…» Il fut un temps où il y avait si peu de foulards!

En Suisse, ce genre de décisions dépend des municipalités ou des cantons. Par exemple, Lausanne l’interdit, mais le canton de Neuchâtel l’autorise.

Je renonce à vous bassiner sur la signification de ces marqueurs anti-libido masculine et nouvelle conquête du djihad culturel, et donne la parole à deux commentateurs.

Sur Twitter, à propos d’un musulman qui occupe la rue à Clichy et déclare: «Nous on veut juste un vrai lieu de culte, comme les juifs et les chrétiens.»

Nicolas Moreau ironise: « …Et on veut juste des horaires séparés à la piscine. Et on veut juste des repas halal à la cantine. Et on veut juste pouvoir se baigner en burkini. Et on veut juste pouvoir aller à l'école voilées. Et on veut juste... »

Et Sonia, qui commentait mon papier sur les jeunes musulmans assoiffés de marqueurs:

« Les musulmans ont raison. Il est temps que la Suisse, pays qui applique les Droits de l'homme, oblige les patrons à créer des emplois offrant un mois de vacances (payé cela va de soi!) supplémentaire pour pouvoir faire le ramadan sereinement, des espaces de travail ouverts où une employée voilée (cela va aussi de soi) n'aura jamais la hantise d'être seule avec un homme et des emplois où ils n'auront jamais à servir de l'alcool à un invité et encore moins un sandwich au jambon.

Bien sûr, il leur sera aussi proposé une salle de prière, avec le temps nécessaire (payé aussi) pour les faire si c'est pendant les horaires de travail, sans oublier une mini douche pour les ablutions (pieds, etc.) J'oublie peut-être encore deux ou trois choses, mais je ne doute pas que les musulmans lisant ce blog pourront compléter... »

Cet article a paru d’abord sur Boulevard de l'islamisme

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.