Médias.« La Suisse doit-elle accueillir les migrants les plus vulnérables? » .Débat : Yves Nidegger-Ada Marra

chard-immigration-6-afrique-millions-enfants

RTS, Forum, 12 novembre 2017

Nydegger_Mara_débatMigrants

La Suisse doit-elle accueillir les migrants les plus vulnérables? Débat entre Yves Nidegger et Ada Marra

La Suisse accueillera le Groupe de contact pour la Méditerranée centrale, qui débattra de la création de structures d'asile vers lesquelles évacuer des migrants vulnérables hors de la Libye.

Débat entre Yves Nidegger, conseiller national (UDC/GE) et Ada Marra, conseillère nationale (PS/VD).

***

Pour Ada Marra, il est de notre responsabilité d’acheminer par avion les « migrants », car c’est le marché économique qui crée l’appel d’air, il est de notre responsabilité de prendre soin de tous ceux qui veulent venir d’Afrique. Elle tient des propos délirants en essayant de faire passer Niedeger pour un naïf demeuré.

Pour Marra, ce sont nos entreprises qui paupériseraient toute une population africaine. Et bien sûr, ce sont des vrais réfugiés !

Nidegger nous rappelle à la réalité et expose la démographie galopante de l’Afrique qui prime sur tout sentimentalisme: l’Afrique vit une explosion de la natalité grâce aux progrès de la médecine, explosion sans rapport avec ses capacités économiques et la surpopulation va s’aggraver au cours du siècle. Nidegger essaye d’expliquer qu’à la fin du siècle, si rien ne change, il y aura 4,4 milliards d’Africains : nous ne pouvons pas nous permettre une politique irresponsable qui aspirerait encore plus d’Africains vers l’Europe. Il précise qu’aucune économie ne survit à l’arrivée d’une masse pareille de naissances.

Il nous rappelle que des familles africaines vendent leurs champs pour financer le voyage d’un membre de famille vers l’Europe, qui est envoyé en mission, sous la pression familiale, pour qu’il travaille, au noir ou non, et qu’il envoie de l’argent en Afrique.

Par conséquent, le projet du transfert par avion de certains migrants entassés en Lybie est totalement irresponsable, il ne provoquera qu’un appel d’air. Toute action qui renforcerait l’idée fausse qu’en Europe ils vont trouver du travail, est à rejeter.

Marra parle de flux financiers illicites, mélange tout, nous rend responsables de la corruption et de la pauvreté en Afrique, mêlant les « Paradise Papers » à la déforestation en Indonésie. Lorsque Nidegger dit ne pas voir le rapport entre ces deux phénomènes, Marra rétorque : « C’est bien là le problème ! ».

Mehmet Gultas coupe la parole à Yves Nidegger en lui disant qu’il s’agit des migrants vulnérables. Marra surenchérit, elle veut sauver les vulnérables, femmes, enfants mais aussi les hommes, qui sont une bombe à retardement !

Le dialogue de sourds s’installe alors, « à deux contre un », comme d’habitude, merci la RTS.

Marra interrompt sans cesse Nidegger et finalement les auditeurs ne peuvent pas connaître la fin de son raisonnement au sujet de cette dernière idée démente de Sommaruga.

L’arrogance de Marra, à la culture et à l’intelligence très, très restreintes (elle est socialiste), croît sans cesse ; son élection au Conseil national lui permet de penser qu’elle est importante alors qu’elle a toujours été très néfaste pour la Suisse.

NO BILLAG, une fois de plus !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.