«L’islam modéré»: un concept inventé en Occident pour affaiblir la religion musulmane, selon Erdogan

Erdogan

Le 25 octobre, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a assuré vouloir faire de l'Arabie Saoudite un bastion pour «l'islam modéré». Le président turc Recep Tayyip Erdogan a réagi sèchement : «L'islam n'a pas à être modéré ou non modéré.»

Souvent défini comme un islamo-conservateur, le président turc Recep Tayyip Erdogan a défendu haut et fort sa vision de la religion musulmane, le 9 novembre, lors d'un colloque sur le thème des femmes dans le monde de l'entreprise, organisé à Ankara par l'Organisation de la coopération islamique (OCI). Selon des propos rapportés par la presse turque, le président turc a déclaré : «L'islam n'a pas à être modéré ou non modéré.» Pour lui, l'«islam modéré» serait en effet un concept trouvant ses origines «en Occident». Or, «ce que [les personnes brandissant ce concept d'islam modéré] désirent réellement, c'est affaiblir l'islam», a asséné le dirigeant turc.

Ces propos faisaient écho aux récentes déclarations du prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, qui avait formulé le vœu, fin octobre, d'une Arabie Saoudite qui serait le bastion d'un «islam modéré ouvert au monde». Partant, l'homme fort du royaume – qui contrôle les principaux leviers du gouvernement, de la défense à l'économie – a récemment lancé plusieurs chantiers de réformes sociétales, telles que l'instauration du droit de conduire pour les femmes et l'ouverture de cinémas.

Vous dites que vous voulez retourner à un islam modéré mais, jusqu'à présent, vous ne permettiez pas à vos femmes de conduire une voiture

Pour autant, le président Erdogan a pris un malin plaisir à souligner ce qui constitue, selon lui, les paradoxes du haut dignitaire saoudien : «Vous dites que vous voulez retourner à un islam modéré mais, jusqu'à présent, vous ne permettiez pas à vos femmes de conduire une voiture. Y a-t-il une restriction dans l'islam interdisant aux femmes de conduire ? Il n'y a rien de tel.»

Outre des prétentions rivales à constituer une puissance majeure au Moyen-Orient, l'Arabie saoudite et la Turquie voient leurs relations tendues par la crise du Qatar : Ankara a effectivement noué des liens étroits avec cet émirat, en froid avec les autres pays du Golfe, dont l'Arabie saoudite.

Source

8 commentaires

  1. Posté par Antoine le

    L’islam est une idéologie, PAS une religion.
    Je n’en veux pas sur le territoire de mon pays ou en Europe.
    La notion d’islam modéré est une ILLUSION ! Il n’y a qu’un islam, un coran, une idéologie.
    Les islamistes  »modérés » ne sont pas encore passé à l’acte terroriste et ne nous ont pas encore égorgé, nous les mécréants si accueillants …

  2. Posté par Le Chapon cha pond pas le

    Il faudrait déjà que l’islam soit une religion. Or il ressemble étrangement au nazisme qui voulait exterminer des population de « Untermenschen », de sous-hommes.

  3. Posté par Christian le

    Mais nos politiques savent mieux que les musulmans ce qu’est l’islam…! Ils nous soutiennent mordicus à chaque attentat que « l’islam ce n’est pas ça… » alors que les terroristes islamistes se revendiquent eux, jusqu’à leur mort, de l’islam … Là, c’est pareil, ils ont découvert un islam modéré alors même que le plus musulmans de tous , le Grand Mamamouchi Erdogan dit le contraire… Nos politiques doivent passer toutes leurs nuits à potasser le Coran, c’est pas possible autrement, pour devenir de tels spécialistes plus savants en la matière que les imams au front marqué par les prières…

  4. Posté par Schwander Dominique le

    De nos jours, il n’y a pas plus de frontière imperméable entre le radicalisme musulman et le terrorisme musulman, qu’entre le radicalisme musulman et les musulmans dit modérés. Comme le dit Hamid Zanaz dans son livre « L’islamisme vrai visage de l’islam », la question en France n’est même plus de savoir qui est radical, mais qui ne l’est pas. Les dernières enquêtes en France confirment que 28 % des musulmans sont radicaux et que pour les musulmans de moins de 25 ans, 50% sont radicaux. Ainsi un jeune musulman « français » sur deux est un salafiste ou un chiite du type le plus radical, même s’il n’appartient pas à une mosquée et que ses proches affirment le contraire.
    Aidée par la mondialisation et le multiculturalisme, l’islam-idéologie a fait que le monde est devenu un champ de bataille sans frontières. Chaque Suisse doit se poser la question: pourrais-je vraiment compter sur amis ou voisins musulmans dits modérés/modernistes/insoumis quand la guerre se généralisera en Europe et qu’il nous faudra combattre tous ces partisans de l’islam-idéologie? A quand les terroristes « modérés »? A quand la guerre généralisée en Europe? Pourquoi attendre que les milliers de jeunes Européens, partis faire le jihad en Syrie et ailleurs, reviennent dans leur pays d’accueil avec des idées d’amour et de tolérance envers les infidèles que nous sommes?

  5. Posté par hausmann. conrad le

    Il a raison à 100% ! L’Islam modéré n’existe pas. Mais comme pour toutes les religions elles s’affaiblissent devant les réalités humaines et perdent quelques fois leurs fanatismes. Réfléchissons pourquoi le christianisme (catholique, protestant ou orthodoxe)semble modéré ? Ce n’est pas un adoucissement de la doctrine mais le capitalisme qui a erodé la foi…

  6. Posté par Sam Fisher le

    Et bien comme ça c’est clair. Mais modéré ou pas, je n’en veux pas.

  7. Posté par Vautrin le

    Il n’y a pas d’islam « modéré », il y a l’islam avec ses textes infâmes qui disent tout et le contraire de tout, et appellent à tuer les koufar. Un point c’est tout. Voilà pourquoi les sectateurs du chamelier infernal sont des ennemis du genre humain.

  8. Posté par Bussy le

    L’islam modéré est aussi un concept inventé par les bobos occidentaux pour se persuader et persuader les peuples que l’islam est compatible avec l’Occident…. et il suffit de se pencher sur le coran et ses prescriptions pour se rendre compte que c’est un concept qui ne tient pas la route une seconde !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.