Médias. No-Billag. Pour la fin du monopole du Service public monopolistique et obligatoire. Appel urgent du Comité romand No-Billag

No Billag-AvecFactureEXC

NDLR. C’est OUI à No-Billag. Aucun risque que la Suisse ne devienne un « désert médiatique ». Rarement on a vu une telle mobilisation générale pour empêcher la suppression de l’obligation de payer pour un Service public médiatique monopolistique indigne d’une Suisse démocratique et pluraliste. Le matraquage va durer des mois afin de conserver un monstre bureaucratique qui gave une masse de privilégiés bien-pensants et politiquement corrects.
Pour un soutien au Comité romand No-Billag

 

Le Comité romand de No-Billag communique :

 

"Quelques heures après la suppression de notre campagne de financement participatif sur le site wemakeit.ch, nous lançons notre propre alternative. Indépendante, cette dernière est une création interne, qui permet d’éviter tout contretemps dommageable. En retirant notre projet, après l’avoir dans un premier temps validé, wemakeit, a fait de la politique. Cette plateforme est évidemment libre de choisir ses critères de sélections et donc de refuser toute campagne de financement participatif, et même de la retirer. La question n’est pas là. Nous dénonçons simplement le rétropédalage qui démontre un amateurisme inquiétant. Quelle entreprise sérieuse accepte un projet de 100'000 CHF de manière si peu réfléchie ? Le succès immédiat de notre crowdfunding, est sans doute à la base de ce retournement de veste. Plus de 11'000 CHF récoltés en à peine 3 jours ! De quoi faire peur à certains.

 

Notre initiative étant la quintessence de l’esprit démocratique, il est dommageable qu’une plateforme, qui ouvre ses portes à des initiatives de tout genre, et osées comme « offrons des cours de math à Madame Petra Gössi », puisse mettre des bâtons dans les roues d’un comité, qui à l’instar de David, se bat contre Goliath.

 

Paradoxalement, cette histoire permet à notre initiative de rencontrer une sympathie, basée sur la volonté d’avoir un débat démocratique sain, dans un public bien plus large qu’escompté. Finalement, nous sortons gagnant de cette mésaventure. Nous avons d'ores et déjà dépassé le 1/3 de la récolte sur notre nouvelle plateforme, 33'000 en à peine quelques jours !

 

Chacun sait désormais que nous nous trouvons face à une multitude d’acteurs qui veulent nous nuire. Mais confiant comme jamais, David veut vaincre Goliath ! Et nous avons besoin de chaque citoyen qui se bat pour plus de liberté.

 

Chaque personne qui veut soutenir notre démarche, ou simplement encourager le débat démocratique, peut nous soutenir via la page wemakeitbetter.ch. Fais partie de l'aventure !

Nous vous tiendrons régulièrement au courant du développement de notre campagne. Il reste 113 jours pour parvenir à convaincre un majorité des votants.

 

Le comité No Billag Romandie vous souhaite un bon weekend, et reste à votre disposition en cas de questions.

Cordiales salutations

Nicolas Jutzet

Président No-Billag Romandie

079 841 55 05 "

NDLR. Rappel : Lien vers  notre propre article  sur le sujet, ici :

Médias. Votation populaire à venir 4.3.2018 : « No Billag » : fin du service public ? Grand affolement, propagande monstre et mensongère

Uli Windisch

Rédacteur en chef

No-Billag-a La Corbeille

7 commentaires

  1. Posté par Socrate@LasVegas le

    Don effectué à l’instant même…

  2. Posté par Socrate@LasVegas le

    @ Diane, supprimer le service public RTS ne se fera pas dans un accès de colère mais au contraire en ayant bien réfléchi à la manière la plus efficace d’agir contre le lavage de « cerveaux » opéré par et pour la gauche. Toute autre demi mesure ne servira à RIEN! Il faut impérativement que le souverain reprenne la main, c’est SON ARGENT, c’est LUI LE PATRON!
    Si une radio-télévision d’état doit renaitre après ça, ce sera sur des bases saines avec une vraie diversité d’opinions au sein des employés mais la forfaiture actuelle doit au préalable, impérativement disparaître!

  3. Posté par philippe le

    moi, aussi. Non a la dictature de la pensee

  4. Posté par aldo le

    NO-BILLAG S’IMPOSE COMME LA SEULE SOLUTION @Diane le 11 novembre 2017 à 19h48 Ici pas de place pour les compromissions permanentes avec la propagande et les opinions téléguidées et payées à notre insu et de nos poches. Depuis que les médias télé-radio suisses existent ils forniquent en totale symbiose avec le pouvoir socialiste, tels une caisse de résonance exlusive, toute puissante, comme si Tamedia-Prada (Matin TdG 24heures) n’y suffisait pas. Avant la radio échappait à ces dérives mais ces ambassadeurs du Mal absolu ce sont vite rendu compte qu’elle devenait la seule voie de l’information pour ceux qui ne supportaient cette de TV totalitaire avec quelques très rare émissions plus ou moins normales comme alibis. Il n’y a que des bobos retraités super-engraissés de la RTS pour nous faire croire qu’on peut changer quoique ce soit avec des plaintes.

    A voir comment elles sont traitées sur le plan judiciaire, on sait désormais que nous sommes face à une dictature pro-islamistes et nazie, avec ses manipulations au travers des bidonnages de pseudo-antifascistes aux méthodes fascistes et ses amalgames avec l’extrême-droite gonflée comme une baudruche, pour qualifié ainsi tout ce qui n’est pas d’extrême-gauche. Le tout en complicité avec les pervers sexuels et les tenants de la liberté pour les drogues aux profits des hordes migrantes ! (voir les derniers bouquins sur Pierre Bergé et Yves Saint-Laurent pour comprendre que des millions ont été donnés en faveur de la propagation du sida et des drogues et donc aussi de l’immigration de masse). Leurs objectifs c’est que nous soyons aussi sales qu’eux pour qu’ils ne paraissent plus comme les déviants anormaux qu’ils sont ! BALANCE TES PORCS AVEC NO-BILLAG !

  5. Posté par Diane le

    Par quoi voulez-vous replacer le service public ? Par des télévisons privées financées par le Qatar ? Par des chaines qui ne programmeront plus que des publicités, des séries américaines et des émissions de téléréalité ? Mon non plus je ne suis pas d’accord avec la ligne éditoriale de la RTS. C’est pourquoi je pense qu’il serait plus constructif que vous écriviez tous à la RTS pour vous en plaindre. Si nous sommes nombreux à le faire, ils devront changer. Supprimer le service public dans un accès de colère, c’est une fausse solution qui met le pays en danger : en cas de conflit, nous risquerons de n’avoir plus que des télévisons pilotées depuis d’autres pays pas forcément amis. Je trouve ceci fort inquiétant.

  6. Posté par Schwander Dominique le

    La boule de neige de l’erreur croît par simple inertie; avec des médias subventionnés et de gauche, c’est de plus en plus difficile de l’arrêter avec les pauvres armes de la réflexion, de l’étude de l’histoire et des réalités sociales et les sites web de réinformation. Surtout que nos compatriotes tendent de plus en plus vers la passivité. Ils ne chantent plus et préfèrent écouter des disques, un orchestre ou un braillard sans belle voix mais à la mode; cette inclination à la passivité est le plus grand des risques qui nous menacent. Suisses, réveillez-vous et votez NO BILLAG, non au vice de la médiocrité et de son prix exorbitant.

  7. Posté par Fleeps le

    Je vais participer, merci à Monsieur Jutzet.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.