L’ONG Oxfam, complice de l’invasion de l’Europe

post_thumb_default

 

 

La politique migratoire de l’Europe serait contraire aux valeurs de l’UE et aux droits de l’Homme selon cette ONG, aux prises de position sulfureuses déjà connues. Oxfam qui est une confédération d’ONG luttant contre la pauvreté, a récemment publié un rapport sur la politique migratoire européenne, accompagné de recommandations pour la rendre « plus humaine ». Elle appelle à un « changement de direction urgent. »

Selon l’ONG et les auteurs du rapport, l’UE et ses membres n’auraient fait presque aucun effort pour fournir davantage de possibilités d’immigration légale et sûre et que les politiques en place ont été instaurées sans tenir compte de leur impact sur les droits de l’Homme et les conditions des demandeurs d’asile dans l’UE et à ses frontières. Remarquons simplement que ces observations ne sont fondées sur aucun élément probant.

En deux ans d’application du programme migratoire européen, il est clair, selon Oxfam toujours, que les institutions et États membres se sont concentrés de manière disproportionnée sur les entraves à l’immigration illégale et au renforcement des frontières, sans prêter beaucoup d’attention aux solutions à long terme, jugent les auteurs du rapport. Oxfam considère-t-elle que les solutions à longs termes supposent que l’ensemble des nouveaux immigrés restent en Europe ?

Ainsi donc Oxfam, épousant tous les poncifs éculés d’une autre époque, n’hésite pas une seconde à demander, à sa manière, la légalisation des illégaux, l’« accroissement des quotas d’invasion par des populations allogènes violentes et conquérantes » – même si cela est présenté différemment – à la religion pour le moins intempestive et se considérant en guerre contre l’Occident, la démocratie.

Le rapport de l’ONG s’autorise ensuite à formuler des « lignes directrices » pour mieux gérer la migration, à la fois dans le cadre des affaires étrangères et de la gestion interne dans l’UE. Il est intéressant de noter que l’on ne parle plus d’immigration illégale, d’immigration hors-la-loi et criminelle, d’immigration d’invasion et guerrière, mais de « migration »… Il est en effet essentiel de bousculer et de remplacer les peuples d’origine.

Au niveau externe, la première recommandation, véritable tarte à la crème depuis 35 ans, est d’assurer que l’aide au développement atteigne réellement les personnes qui devraient en bénéficier, sans citer et détailler quelles mesures d’aide seraient concernées. Oxfam appelle donc les pays donateurs à adopter une approche complète afin de mieux gérer les crises et problèmes chroniques dans les pays voisins de l’UE, en omettant lourdement de citer l’attitude des pays arabes, totalement indifférents aux millions de réfugiés de leurs régions, produits par les guerres locales, à l’exception de la Jordanie et du Liban.

Les auteurs du rapport déconseillent également d’utiliser l’aide au développement et l’aide humanitaire pour « entraver l’immigration » ; c’est un aveu de complicité ! Oxfam, sous prétexte d’arguments humanistes, ne veut en aucune manière une fin de l’immigration-invasion et de rajouter que le succès des politiques de développement ne peut se mesurer en fonction du nombre de personnes qui traversent ou ne traversent pas les frontières.

Dans les lignes directrices formulées dans le rapport, irresponsable là encore, Oxfam dénonce la détention des demandeurs d’asile, qui « est devenue la norme, et non l’exception », à tort.

L’ONG appelle également à la poursuite des opérations de recherche et de sauvetage dans la Méditerranée, opérations qui doivent avoir comme unique but de sauver des vies, ainsi qu’un soutien continu aux actions des ONG dans ce sens. Rappelons que ces derniers mois, plusieurs gouvernements se sont alliés pour empêcher les ONG de mener ce type d’opérations, sans même respecter les bases du droit de la mer et la limite des eaux territoriales de chaque pays du sud méditerranéen, trop préoccupées à accroître au plus vite les « quotas d’invasion ».

L’ONG exige par ailleurs que les familles des demandeurs d’asile reconnus puissent bénéficier plus facilement d’un regroupement familial, comme le prévoit le règlement de Dublin.

« La définition de famille devrait s’appliquer, au minimum, aux jeunes adultes dépendants de la famille jusqu’au déplacement, aux parents, frères et sœurs, parents par alliance et tout parent dépendant », stipule le rapport.

On peut se demander pourquoi Oxfam, sur sa généreuse lancée, au nom du regroupement familial, ne demande tout simplement pas l’acceptation par l’Europe, de tribus et d’ethnies entières !

L’immigration pourrait être gérée de manière différente, en respectant les droits de l’Homme, assure Natalia Alonso, d’Oxfam International, en oubliant le respect des droits de l’Homme des populations indigènes d’Europe, se sentant peu à peu de plus en plus étrangères sur leurs terres, terres désormais d’invasion et de peuplement de remplacement, avec la complicité actives de nombre d’ONG. Elle insiste sur la possibilité et la nécessité de « changer de rhétorique » et de souligner l’impact positif que les migrants peuvent avoir sur les sociétés européennes.

Lorsque les inquiétudes objectives et légitimes développées dans le dernier ouvrage d’Ivan Rioufol (Cette guerre civile qui vient) deviendront réalité, nul doute que les « donneurs de leçons-collaborateurs » d’Oxfam, se seront évanouis dans la nature ! Les conseilleurs ne sont pas les payeurs…

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Cet article L’ONG Oxfam, complice de l’invasion de l’Europe est apparu en premier sur Eurolibertés.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par poulbot le

    Les ONG qui aident les clandestins a rentrer sur le territoire Européen oublient qu’il existe des Européens qui ont besoins d’aides , qui vivent dans la rue depuis des années, qui y meurent malgré l’aide de quelques associations qui font ce qu’elle peuvent avec le peu de moyens qu’elles ont ; car la majeure partie des subventions est accaparée par ces ONG qui vivent sur le dos des contribuables Européens qui, en échange, n’ont droit qu’a l’insécurité, la spoliation de leur biens par le vol voir pire encore. Ces ONG doivent être déclarée illégales, leurs dirigeants traduits en justice pour trafic d’êtres Humains, détournement de fonds publiques , leurs biens saisis et distribués aux associations qui aident les ressortissants de leur propre pays.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.