Elèves turcs ultranationalistes dans la police de Berlin : vont-ils créer l’enfer dans la rue ?

post_thumb_default
Elèves turcs ultranationalistes dans la police de Berlin : vont-ils créer l'enfer dans la rue ?
Dans le débat concernant l'infiltration de la police berlinoise par les mahométans arabes et turcs, de nouvelles révélations se font jour. C'est ainsi que le Spiegel a révélé que parmi les élèves de l'académie de police berlinoise, il n'y avait pas seulement une forte proportion (voulue par la majorité de gauche qui dirige Berlin) d'étrangers, la plupart mahométans, mais aussi que des tendances antidémocratiques et ultranationalistes règnent parmi eux. Un instructeur se demande notamment ce qui se passera dans la rue, lorsque des fans d'Erdogan seront en face de manifestants kurdes.
https://www.morgenpost.de/berlin/article212500967/Ausbilder-Tuerkischer-Nationalismus-an-Polizeiakademie.html
Traduction (Claude Haenggli) : Un fonctionnaire de police a confirmé à la Berliner Morgenpost qu'il y avait parmi les apprentis policiers turcs des partisans convaincus d'Erdogan. "Je considère personnellement cela de manière critique, mais les autorités tolèrent ce phénomène au nom de la liberté d'opinion. Ce policier de longue date critique aussi certains instructeurs, qui manquent à son avis d'autorité. "Les instructeurs sont des fonctionnaires révocables et s'ils ne sont pas capables d'imposer l'ordre, la ponctualité et la discipline, ils devraient se remettre en question."

Claude Haenggli, 11.11.2017

7 commentaires

  1. Posté par kitty le

    Bien sûr qu’ils vont créer l’enfer , quelle question. En fait l’enfer est déjà là.

  2. Posté par SD-vintage le

    En fait la gauche n’est pas athée mais islamo sensible. Et la liberté d’expression c’est quand ça les arrange : Pegida n’y a pas droit .

  3. Posté par Yolande C.H. le

    Le paradoxe: complaisance si ce n’est soutien par les partisans de la migration des (ultra) nationalistes étrangers (respecter la différence), et diabolisation du nationalisme autochtone.

    Comme si afficher son nationalisme dans un pays autre était un droit pour l’étranger, alors que c’est quasi un délit pour la collectivité d’accueil, qui se doit d’assurer la sécurité aux diasporas.
    Qu’elles aillent régler leurs conflits sur place, ou bien qu’elles s’assimilent dans le pays et participent à l’unité sur laquelle celui-ci s’est construit.

  4. Posté par miranda le

    Amusante, cette phrase : un instructeur se demande ce qui se passera quand les fans d’Erdogan futurs policiers turcs en allemagne se trouveront face à des manifestants kurdes.
    Et face à des allemands d’origine? que se passera-t-il? C’est ce qui guette toute l’Europe quand elle sera face à « la réussite de l’invasion migratoire ». Comment réagira le policier venu d’ailleurs, face au citoyen d’origine? Respectera-t-il le code de conduite?
    Et mes excuses quand je parle de « réussite de l’invasion migratoire », quand je ne constate pas de réactions, pas un minimum de manifestations et le nombre de gens « qui ne se sentent pas concernés, alors que leurs enfants vont en baver dans l’avenir ».
    Quant aux flots de migrants, il continue, sans interruption.

  5. Posté par Panache l'Écureuil le

    Les Loups Gris sont des Turcs ultranationalistes. On peut supposer que ces élèves ont été influencés par eux puisque lesdits Loups Gris font du prosélytisme constant au sein des diasporas turques. Déjà au début des années 1980, ils finançaient des écoles coraniques à Berlin-Ouest.

  6. Posté par UnOurs le

    Ne devraient être acceptés en Europe que des Blancs pensant comme des Blancs.

  7. Posté par Bussy le

    Trop beau la diversité, les Kurdes devront éviter l’Allemagne pour ne pas se faire flinguer par la police « allemande » !!!!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.