Le collectif néerlandais des «nanas qui pissent» proteste conte le sexisme des toilettes publiques

post_thumb_default

 

Répondant à l'appel du groupe #zeikwijven (littéralement, "les nanas qui pissent"), des dizaines de Néerlandaises ont pris d'assaut les urinoirs publics des hommes et entrepris de les utiliser par tous les moyens possibles pour démontrer de manière humoristique à quel point ce type d'équipement était inadapté pour elles. Certaines d'entre elles ont ainsi posté leurs performances sur Twitter. 

«Problème résolu», a ainsi commenté une internaute, postant une photo de trois femmes imitant des hommes côtes à côtes dans un urinoir. 

Cette initiative intervient alors qu'une Néerlandaise a été condamnée à une amende de 90 euros, le 18 septembre, après avoir été aperçue en train d'uriner de nuit dans une allée d'Amsterdam en 2015, tandis que bars et cafés alentours étaient fermés. Un considérant du juge, estimant que la femme aurait pu utiliser les urinoirs destinés aux hommes, une action qu'il jugeait certes «pas agréable» mais «possible», a déclenché la colère et les railleries des féministes qui ont appelé à la mobilisation. La ville d’Amsterdam compterait en effet, selon elles, 35 urinoirs pour hommes et seulement trois toilettes publiques adaptées aux femmes.

Les photos prises à l'occasion de ce «premier jour national du pipi dans les urinoirs publics», seront transmises à la ministre néerlandaise en charge de l'Emancipation des femmes, Jet Bussemaker, accompagné d'une pétition déjà signée par 600 personnes.

Lire aussi : Agressions physiques, insultes... Une enquête révèle l’ampleur des violences à l’école en France

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Andrea le

    Il suffirait de remplacer les urinoirs par des toilettes turques.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.