8 commentaires

  1. Posté par MC Foreign-Office le

    Une taupe arrêtée dans la police de Bruxelles : le policier « Momo » aurait transmis des infos de dossiers de terrorisme à des suspects !

    Le policier en question se faisait appeler Momo, un ancien employé de la STIB reconverti dans les forces de l’ordre. Il aurait transmis des informations confidentielles à des complices impliqués dans un dossier de terrorisme via la messagerie WhatsApp.

    Un agent de police de la zone Bruxelles Nord (« Momo ») a été placé sous mandat d’arrêt lundi pour violation du secret professionnel et corruption. Il est soupçonné d’avoir révélé des données confidentielles à des personnes impliquées dans un dossier de terrorisme, selon les informations de La Dernière Heure, publiées également jeudi dans Het Laatste Nieuws.
    L’agent de police en question, un ancien employé de la Stib, travaillait au sein du dispatching de la police de la zone Nord (Schaerbeek, Evere, Saint-Josse). Il faisait l’objet d’une enquête du comité P depuis plusieurs semaines.
    Une juge d’instruction bruxelloise spécialisée dans les affaires terroristes est descendue en personne l’arrêter lundi et a procédé à une perquisition dans la foulée.
    L’individu a été placé en cellule à la prison de Saint-Gilles et il devrait comparaître devant la chambre du conseil de Bruxelles fin de cette semaine, voir début de la suivante, lundi au plus tard.

  2. Posté par Gabrielle le

    Père Noël, sur ma liste je voudrais simplement une certitude. Celle que le ou les attentats à venir en Suisse romande puissent concerner directement Amarelle (et Cie). Ainsi, je serais très curieuse de voir si celle-ci continue à prétendre frénétiquement qu’on n’a pas le droit de renvoyer un terroriste dans son pays s’il cela représente un danger pour lui. Par avance, merci
    Père Noël !

  3. Posté par Solange Rappaport le

    Continuez à voter Cesla et Ada!!

  4. Posté par MC Foreign-Office le

    Faut bien se dire, en Suisse-Romande comme ailleurs en Europe que nous avons à faire à des incapables quand ce ne sont pas des policiers islamistes infiltrés dans les services de police !

    Donc, si ça doit péter, ça pétera et ça ne touchera jamais des politiciens, mais des femmes et des enfants, comme d’hab !

    Ce qui semble de plus en plus évident, c’est que les islamistes ne s’en prennent jamais à ceux qui décident d’engager des forces armées contre des groupes terroristes à l’étranger (Syrie, Irak et autres) qui se font attaquer, mais bien les populations, comme lorsque les extrêmes droites proche du pouvoir italiens qui accusaient, presse en tête les brigades rouges !!

  5. Posté par Dupond le
  6. Posté par Aude le

    Si son état le permet? À son âge, ben voyons!
    Et qu’on le mette sous une bulle de coton, pendant qu’on y est.
    On se fout de notre tête. Oh là.
    On a beau lutter contre l’islam radical et les fichés S, si la France, l’Allemagne, l’Italie ne les expulsent pas, c’est un pet dans l’eau.Les frontières sont grandes ouvertes, pas Simonetta?

  7. Posté par SD-Vintage le

    Ce n’est pas Lisa Mazzone qui a dit récemment qu’il n’y avait pas besoin de davantage de dépenses de sécurité parce qu’il n’y avait pas de risques d’attentats ?

  8. Posté par bigjames le

    Allo Monsieur Duvillard ???
    Y a quelqu un ???

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.