Immigration de masse : Intervention de J.-L. Addor au Conseil national concernant l’initiative RASA

Jean-Luc Addor
Avocat, député, vice-président de l’UDCVR
jl-addor

.

Au soir du 9 février 2014, c’était la stupeur. Beaucoup croyaient que les Suisses n’oseraient pas, qu’ils n’allaient quand même pas suivre l’UDC alors que celle-ci était à peu près seule. Eh bien, ils ont osé. Face à l’invasion migratoire, ils ont dit, à la face du monde et surtout de l’Union européenne, qu’ils voulaient retrouver leur souveraineté dans la gestion de l’immigration, limiter l’immigration et donner du travail aux nôtres avant les autres.

Pour le Système, c’était trop. Il y a eu un moment, presque, de panique.

C’est alors qu’à coup de millions, un quarteron de professeurs d’université et de militants du lobby immigrationniste ont imaginé effacer purement et simplement ce que le peuple, en toute connaissance de cause, après une campagne très dure, venait d’insérer dans la constitution. Ce fut RASA. Mais c’était un peu gros, pour ne pas dire grossier : quand même, les urnes à peine rangées, expliquer à une majorité des citoyens de ce pays qu’ils n’ont pas bien compris, qu’ils n’ont pas vraiment voulu ce qu’ils ont voté, c’était les prendre pour des idiots. Et les gens, en général, n’aiment pas qu’on les prenne pour des idiots.

Passée la panique, ceux qui veulent nous empêcher de gérer notre immigration d’une manière autonome ont imaginé autre chose, quand même un peu plus subtil. Les Suisses ont voulu une loi d’application de l’initiative contre l’immigration de masse ? Eh bien, ils l’auraient. Sauf à dire que dans cette loi, il n’y aurait rien ! Pour faire passer la pilule, on expliquerait aux Suisses qu’on ne peut pas, à cause de l’accord sur la libre circulation des personnes. Le 16 décembre de l’année dernière, ce Parlement, à l’exception de l’UDC, une fois de plus, hélas, seul défenseur de notre souveraineté, capitulait devant l’Union européenne et adoptait une loi-alibi dont on a appris, en plus, depuis lors, qu’à cause d’un système informatique inadapté dans les ORP, l’élément qui en est le pivot ne sera même pas opérationnel dans le délai annoncé.

Mais il restait quand même un problème, un problème qui demeure : ces principes qu’une majorité du Parlement a foulés au pieds (gestion autonome de l’immigration, limitation de celle-ci par des plafonds et des contingents, interdiction de conclure des traités internationaux contraires à ces principes et obligation de renégocier les traités existants pour en garantir l’application), ces principes restent inscrits dans la constitution. C’est quand même embêtant !

Le Conseil fédéral a alors imaginé, avec deux variantes, un système qui, en somme, consistait à laisser en apparence ces principes dans notre constitution, mais d’en paralyser l’application, de les déplumer en quelque sorte. Face à la levée de bouclier qui est ressortie de la procédure de consultation, il y a toutefois renoncé, proposant, comme la majorité de la commission, de rejeter l’initiative RASA sans contreprojet.

Cela n’a toutefois pas découragé la gauche (et quelques autres) qui, en commission, a essayé une nouvelle fois de faire rentrer par la fenêtre ce que le Conseil fédéral avait fait sortir par la porte. A part la (petite) minorité IV Moser/Galladé, dernier carré des partisans de l’initiative, c’est en substance ce que proposent les minorités I et II : tromper le peuple en déplumant des principes que le peuple a pourtant voulus, d’une part en réaffirmant la primauté absolue du droit international et d’autre part, en abrogeant l’élément le plus dangereux de l’article 121a de la constitution, ses dispositions transitoires (qui, encore une fois, imposent la renégociation des traités en vigueur et obligent le Conseil fédéral à faire ce que le Parlement, en violation crasse de notre constitution et de la volonté populaire, a refusé de faire : appliquer par ordonnance les principes voulus par le peuple pour lutter contre l’immigration de masse).

Dans l’intervalle, l’invasion migratoire s’est poursuivie. L’afflux de frontaliers aussi. Et rien ne permet d’espérer que cela va changer.

Pour y remédier, l’UDC propose, plutôt que de traiter seulement les symptômes et de se retrouver sans moyen de combattre l’immigration de masse, de s’attaquer à la base du problème.

On nous dit que nous ne pourrions pas gérer notre immigration de manière autonome à cause d’un traité international ? Eh bien, affirmons, dans notre constitution, la primauté du droit suisse, celui que le peuple a voulu, sur les règles non impératives du droit international. C’est l’initiative de l’UDC pour l’autodétermination.

On se cache derrière la libre circulation des personnes pour refuser de respecter la constitution et la volonté populaire ? Eh bien, finissons-en avec un accord dont l’expérience a montré qu’il est contraire aux intérêts de la Suisse et des Suisses. C’est ce que l’UDC, en collaboration avec l’ASIN, proposera bientôt.

Dans l’immédiat, au nom du groupe UDC, je vous propose de suivre la minorité III Rutz, c’est-à-dire un contreprojet qui va précisément dans ce sens et qui, bien sûr, propose le rejet de cette initiative qui nous propose rien moins que d’ouvrir toutes grandes nos frontières à une immigration incontrôlée. Cela pour autant, évidemment, que les initiants n’aient pas la sagesse de retirer cette initiative et nous offrent l’occasion de faire une nouvelle campagne contre l’immigration de masse.

Jean-Luc Addor, conseiller national UDC / intervention du 19 septembre 2017

9 commentaires

  1. Posté par Lucie le

    Une nouvelle qui ne saurait que s’ajouter a la determination de Jean-Luc Adoor !

    Plutôt que les naufrages de migrants qui essaient de rejoindre l’Europe en bateaux, demain c’est l’Europe qui risque de faire naufrage, un naufrage démographique.

    Un projet est en préparation pour la construction d’un pont qui relie le Cap Bon (en Tunisie) à la Sicile (Italie). Il s’agit du projet « TuneiT ».

    https://www.dreuz.info/2017/09/23/le-projet-suicidaire-dun-pont-entre-la-tunisie-et-leurope-en-sicile-achevera-le-naufrage-du-vieux-continent/

  2. Posté par Gerry le

    Bravo à cet homme courageux d’oser appeler un chat: « un chat » au parlement, en citant « l’invasion migratoire »…

  3. Posté par Fleeps le

    J’ai croisé ce matin la traîtresse en cheffe de l’état de vaud à la gare d’yverdon….Amarelle dans toute ça suffisance…..ben ça fait bizarre….comme un back flash de walking dead…mais c’est meilleur quand ça se mange froid….n’est-ce pas?

  4. Posté par jean le

    JLA président !

  5. Posté par Antoine le

    Je viens d’apprendre à l’instant (14H02) que l’initiative RASA a été balayée par une GRANDE majorité. Il y a quand même des personnes dans notre gouvernement qui réfléchissent ! Cela fait plaisir. On ne peut pas, comme pas magie, effacer le résultat des votations du 9 février 2014 ! Merci M. Addor d’y avoir participer !

  6. Posté par Aude le

    P.S. Ah, j’oubliais, et qu’on RASE LARGE!

  7. Posté par Aude le

    Bien, Mr Addor,
    De nous rappeler toute cette longue saga entre le Peuple, les médias mainstream, le Gouvernement.
    C’est toujours le grand écart entre ce que veut le Peuple dans sa majorité et ce que veulent les Baillis de l’UE. Neanmoins tellement plus en faveur de Bruxelles.
    Ah, les enjeux sont cruciaux entre la haute finance suisse et la volonté du Peuple, c’est certain.
    Nous constatons que nos artères routières sont de plus en plus bouchées ( rien à envier à Paris).
    Nos trains bondés, des villes de plus en plus peuplées, les déficits sociaux, la cure d’amaigrissement de nos budgets communaux, cantonaux et fédéraux, au détriment des plus pauvres de ce pays. Un bétonnage accru afin de contenter les besoins des nouveaux venus!
    Merci la gauche, votre politique environnementale, une parfaite foutaise.
    Il est évident que ceux qui nous gouvernent ne vont pas diminuer leurs grands salaires.
    CAR LA SOLIDARITÉ est toujours exigée par le bas, le petit Peuple.
    L’immigration incontrôlée dont le 80% des bénéficiaires sont davantage des migrants économiques que de réels réfugiés au sens de la Convention de Genève.
    À ce propos, en observant ce qui se passe en Europe, où chaque jour des actes terroristes massifs ou isolés font la Une (Non pas des merdias) , l’islam radical bat le pavé sans etre réellement inquiété. Des terroristes débarqués de Syrie et d’Irak sont à présent à l’assaut de l’Europe, notre Gouvernement continue inlassablement son petit train d’accueil.
    Je ne suis pas Medium et pas besoin de l’être pour affirmer que nous allons au-devant d’un chaos préfiguré d’où les conséquences s’avéreront terribles.
    Vous vivrons cela en Europe beaucoup plus vite que l’on ne l’imagine. Et que fera l’économie au milieu de ce Grand merdier qui se prépare? Ils feront comme le Peuple, ils tireront la langue.
    De quoi se préoccupe le Gouvernement Suisse à part sa dhimmitude à Bruxelles, ses lobbys économiques, et les migrants, Je vous le demande?

  8. Posté par Cécile le

    Merci, Monsieur Addor, nous allons voter en conséquences du refus de nos politiciens se croyant au-dessus du peuple, d’appliquer le vote contre l’immigration en masse. Bientôt une révolution contre le pouvoir sera l’alternative. Fin 2018 on va comptabilisés 1’000’000 de personnes en plus en Suisse depuis Schengen et seulement 40% travaillent. Bravo ! Nous construisons plus en plus d’écoles, hôpitaux, routes etc.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.