Insultés, martyrisés, les profs ne se révoltent pas

post_thumb_default

Par Anne-Sophie Nogaret

On ne compte plus les profs insultés voire violentés par leurs élèves. Loin d’être soutenus par leur hiérarchie, ils n’ont le plus souvent droit qu’au mépris. Mais pourquoi au lieu de se révolter, les enseignants font-ils preuve d’une soumission toujours accrue ?

Enceinte de six mois, poussée volontairement dans l’escalier par un élève, Anne évite de peu la fausse couche : son proviseur l’enjoint de ne pas porter plainte. Alors qu’il fait cours, Cyril se fait traiter d’« enculé ». Son chef le somme de s’excuser auprès de son insulteur, en présence des parents de celui-ci : c’est au prof qu’il revient, l’avise-t-on, « d’apaiser les tensions » afin de « normaliser la relation » à l’élève. Aberration isolée ? Cas particulier ? Non, ces réactions correspondent exactement aux consignes données par le ministère de l’Éducation nationale. Ainsi, est-il maintenant d’usage qu’on ramène dans nos classes les élèves que nous venons d’exclure. Ainsi, les insultes, les menaces, les coups mêmes échangés dans le cadre d’un établissement sont-ils au mieux « sanctionnés » par un « sursis », assorti pour les cas les plus lourds d’un changement de classe. Face à cet abandon délibéré de la part de l’institution qui les emploie, aucune rébellion, pourtant, de la part des profs. Dociles, ils acceptent sans broncher l’humiliation que constitue l’inversion totale des valeurs et des rôles qu’on leur inflige. [...]

Source: causeur.fr

 

13 commentaires

  1. Posté par Coiron le

    ça vote pour qui un enseignant ? en général ça vote pour les traîtres . Alors ça ferme sa gueule . Quand l’on sait le niveau catastrophique des gamins arrivant en 6° , l’on se dit qu’il y a vraiment de l’argent jeté par les fenêtres , ne parlons pas de l’inculture et de l’abscence d’esprit critique des « bacheliers » cuvée jospin . . .

  2. Posté par Fleeps le

    La majorité de ces profs sont des boboquinoagauchiste à la sauce dictateur…..moi j’appelle ça…le joyeux retour de bâton…..comme ces écolos soudainement pris d’angoisse à découvrant que leurs petit coin de forêt ne sera plus….dédié à la construction de nouveau immeuble pour les nouveaux arrivants…..bien fait….et dommage pour notre Suisse qui n’est plus……reste à regarder le sourire jaune….la dégradation qui continue.
    La suisse se prépare à accueillir toujours plus de personnes, des milliards de nos impôts en béton….l’économie se gave d’argent presque gratuit….aucune limite, aucune introspection, aucune honte, aucune vision……juste toujours plus.

  3. Posté par Goupil mains rouges le

    Pourquoi ne parler que de la France ? J’ai enseigné dans le Canton de Vaud pendant plus de 40 ans et n’ai jamais été insulté ou violenté. Encore aujourd’hui, nos élèves nous respectent et c’est parfaitement réciproque. Cela n’a rien à voir avec la gauche ou les attitudes bisounours. Personnellement, je ne suis pas socialiste et ne le serai jamais.

  4. Posté par J.J. le

    Je prône la Battle Royal pour toutes les classes à problèmes selon les règles du film japonais éponyme : )

  5. Posté par G. Guichard le

    Ben, de toute façon, la longue tradition gauchiste de l’Education nationale française et des universités fait que c’est l’arroseur-arrosé. J’ai comme l’impression qu’une bonne partie des soixante-huitards et divers syndiqués n’imaginaient pas qu’ils allaient faire les frais de la nature intrinsèquement internationaliste de leur communisme

  6. Posté par Bussy le

    Pour la plupart très branchés beauté de la diversité, les enseignants sont les seuls de leur espèce à y être confrontés, alors si ces […] tiennent tellement à se tirer une balle dans le pied, on va pas les pleurer ! Mdr

  7. Posté par Varven Fel le

    PS 60 % de la clientèle de ma belle-soeur psychiatre et psychanaliste jusqu’à 2015, était constituée d’enseignants… le reste c’étaient des élèves.
    – Une de mes amies, franco-espagnole parfaitement bilingue, titulaire de trois licences ( Français moderne, Espagnol, Linguistique) et de deux Maîtrises ( Français et Espagnol) a été recalée à ce fameux oral du Capes… C’était une mère célibataire battante, qui avait mené de front études et boulot, qui avait été 10 assisante d’éducation, qui avait enseigné à de jeunes adultes étrangers… Sa forte personnalité a dû terroriser le jury.

  8. Posté par Varven Fel le

    Les fameux concours de recrutement de l’Education Nationale (Capes et cie) ont une épreuve orale où les examinateurs ont la possibilité de choisir les personnalités les plus dociles, entre autres choses… Ce ne sont ni l’autorité naturelle, ni les qualités pédagogiques le critère… Voilà le résultat : des cohortes de bien pensants qui pleurnichent sur leurs conditions de travail, et qui ne comprennent pas le mépris qu’ils inspirent au reste de la population. Il y a des exceptions, bien sûr… mais le gros des enseignants sont des mollassons fragiles .
    Signé: une mère de famille qui a choisi l’Instruction en famille, et qui a atteint ses objectifs.

  9. Posté par Isamoche le

    Je ne pourrais jamais être prof !!! Quelle abnégation, ah…c’est beau , ça m’émeut vraiment . Non, je rigole, pauvres cloches , vous avez ce que vous méritez!!! Cou……s molles !!!

  10. Posté par Sergio le

    Les profs ne se révoltent pas, la hiérarchie les méprise. Les policiers et la gendarmerie ne se révoltent pas, la justice leur donne tort et soutient la racaille. Le pape se fiche ouvertement des chrétiens, les employeurs écrasent ostensiblement leurs subordonnés last but not least, les huiles qui nous gouvernent haïssent cette populace blanche, patriote et chrétienne qu’il faut à tout prix faire disparaître au plus vite.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.