Campements de migrants, campus fermé : que se passe-t-il vraiment à l’université de Reims ? (IMAGES)

post_thumb_default

 

Que s'est-il passé sur le campus Croix Rouge de l'université de Reims le 18 septembre ? Dans une certaine confusion, l'installation d'une quarantaine de migrants sur le site a provoqué la fermeture temporaire du campus. RT France s'est rendu sur place pour suivre de près l'évolution de la situation.

Tout a commencé par un arrêté pris par le président de l'université, Guillaume Gellé, le 17 septembre au soir et transmis à l'AFP. Constatant l'installation sur le campus de plusieurs familles de migrants, parmi lesquelles de nombreux mineurs, et arguant de la nécessité d'éviter «les risques immédiats pour la sécurité des biens et des personnes», l'université annonçait ainsi la fermeture du campus jusqu'à nouvel ordre.

Si l'AFP a annoncé dans la foulée que 8 000 étudiants étaient ainsi privés de cours, la journaliste de RT France qui s'est rendue sur place a pu constater que seuls certains étudiants, notamment venus pour s'inscrire, avaient réellement été affectés par cette mesure préventive, en se voyant refuser l'accès aux bâtiments.

Face au nombre relativement faible de migrants présents sur place, la vice-président de l'UNEF Reims a pour sa part dénoncé une mesure «disproportionnée».

Qui sont les migrants, que demandent-ils ?

Ce sont environ quarante migrants qui se sont installés sur le campus de l'université de Reims, dont plus d'une dizaine d'enfants. Logés de manière très précaire dans des tentes, alors que la pluie tombe à verse, ils sont pour la plupart originaires des pays de l'Est.

Après avoir occupé deux sites, un terrain appartenant à un office HLM et un parc, dont elles ont été successivement délogées, ces familles de migrants se sont installées sur ce campus où elles ont trouvé le soutien de l'UNEF. «Nous appelons les autorités locales, la mairie de Reims, la préfecture à héberger ces familles de manière urgente», a fait savoir le syndicat étudiant.

Plusieurs associations d'étudiants ont annoncé qu'elles organisaient, ce 17 septembre, un dîner avec les familles qui resteront sur leur campus afin de les soutenir. Des étudiants interrogés par RT France expliquent d'ailleurs vouloir servir de «moyens de pression» pour permettre aux migrants de se faire entendre.

Un militant explique qu'en plus de l'espoir d'attirer l'attention des autorités quant à leur éventuel relogement, les familles ont choisi de s'installer sur le campus car elles espéraient y trouver des commodités.

En fin d'après-midi, on apprenait qu'au moins une famille allait être relogée.

«Il y a des échanges avec le préfet et l'Etat sur la suite à donner : le but, ce n'est pas l'expulsion en tant que telle», a confié Guillaume Gellé à BFMTV. Ce dernier précise par ailleurs qu'aucune plainte n'a été déposée, en l'absence de dégradations ou de violences. On ignore toutefois combien de temps cette situation durera et quand la levée de l'interdiction d'accès aux bâtiments universitaires sera prononcée.

Lire aussi : Un campus de l'université de Reims fermé provisoirement après l'installation de migrants (IMAGES)

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

4 commentaires

  1. Posté par Etienne le

    « On ne nous dit pas tout ! »
    Ces gens sont quoi ? Tsiganes roumains ? Ukrainiens du Donbass peut-être.
    Les Champenois sans-abri ont-ils été, par miracle, recasés en priorité ?
    Certains étudiants veulent-ils prolonger leurs vacances ?
    « On ne nous dit pas tout ! »

  2. Posté par Claire le

    On pourrait les reloger dans les jardins du Vatican, c’est plus joli et il y fait nettement plus chaud qu’à Reims (Marne) ou Grande Synthe (Nord). Je suis sûre que le pape marxiste et immigrationniste serait ravi de les accueillir.
    Quant aux étudiants gauchos de l’UNEF, c’est grâce à des gens de cet acabit que la France est en train de mourir. NB: le vice-président de cette assos de cocos est un certain Abdoulaye Diarra…

  3. Posté par Vautrin le

    « Ils sont pour la plupart originaires des pays de l’Est. »
    On aimerait avoir des précisions. D’où viennent-ils exactement, quelle est leur situation vis-à-vis de leur pays, quels motifs leur ont fait choisir la France, qui les a dirigés vers un campus universitaire ?
    Je ne sais pas pourquoi, mais cette affaire sent le coup fourré.

  4. Posté par bigjames le

    C’est bizarre, aucun migrant ne s’installe dans les jardins de Monaco, St.-Tropez ???
    Leur donnerait-on difficilement accès à ces lieux ???

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.