Petite chienne, hache, conservatisme, suicide & pape philanthrope

Michel Garroté
Politologue, blogueur
pape-françois-9

folie-1

   
Michel Garroté  --  Je lis que sur son compte Instagram, la chochotte de gauche Carla Bruni-Sarkozy a annoncé l'arrivée d'un "nouveau membre dans la famille" : une petite chienne de deux mois, appelée Nastasya. Dans un message accompagnant sa photo, Carla Bruni-Sarkozy écrit : "Bienvenue à Nastasya, 2 mois, nouveau membre de la famille". Carla a donc accouché d'une petite chienne au lieu d'avorter, c'est vraiment très émouvant.
-
Je lis qu'une mère de famille de Seraing, près de Liège, en Belgique, a reconnu avoir assassiné son fils de 11 ans à coups de hache. La femme a expliqué avoir commis son geste "afin d’éviter à ses enfants de vivre dans un monde tel que celui d’aujourd’hui". Débiter un enfant à la hache, c'est moins grave que la déforestation, alors voilà, désolé pour le môme haché menu.
-
Je lis que le climat est le responsable majeur du nombre croissant de migrants. Nous voilà rassurés. Nous qui pensions que le responsable, c'était l'islam conquérant et arrogant.
-
Je lis aussi que le pape François milite pour un accueil massif de migrants, affirmant qu'il faut - selon lui - faire passer la sécurité personnelle des migrants avant la sécurité nationale et il appelle à un accueil beaucoup plus large de ces migrants.
-
Bon, d'accord, nous allons donc tous les accueillir, ces gentils clandestins musulmans, d'autant que c'est le climat (ce salaud) qui est le responsable majeur du nombre croissant (vert) de migrants. Ci-dessous, je publie quelques réflexions sur ce monde de fou, sa petite chienne, sa hache et ses migrants.
-
La droite et le système médiatique de gauche :
-
Mathieu Bock-Côté, docteur en sociologie, chargé de cours aux HEC à Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada, écrit notamment (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : Nous avons assisté ces dernières années à une renaissance intellectuelle du conservatisme. Des ouvrages majeurs ont montré de quelle manière le fondamentalisme de la modernité menaçait les fondements mêmes des sociétés occidentales. Mais cette renaissance intellectuelle ne pourra se traduire politiquement que lorsque les leaders de la droite ne chercheront plus à donner des gages à ceux qui les menacent sans cesse de diabolisation médiatique. Ils devront se délivrer de l'hypnose progressiste.
-
Il ne s'agit pas de transgresser pour transgresser, ou de provoquer pour provoquer, mais de marquer clairement une volonté d'insoumission à l'ordre idéologique dominant qui continue de reposer sur le refoulement systématique du conservatisme, dans lequel on ne veut voir qu'une série de phobies. Cela exige non seulement du courage mais aussi, une résolution ferme à ne pas penser le devenir des sociétés occidentales sous le signe d'un sens de l'histoire qui les pousserait toujours plus loin sur le chemin du multiculturalisme et de l'individualisme radical.
-
La chose est attendue depuis longtemps par l'électorat de droite. Il n'est pas insensé de croire que cette espérance puisse aujourd'hui aboutir ou du moins, fonder une proposition politique nécessaire dans la recomposition à venir, conclut Mathieu Bock-Côté.
-
Le suicide spirituel européen :
-
Nicolas Bonnal écrit notamment (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : Dans un de ses meilleurs textes, le blogueur italien Maurizio Blondet pourfend ses compatriotes mélomanes. Ils ont été 220'000 en juillet à affronter intempéries, vie chère et conditions difficiles pour aller écouter un vieux rockeur, Vasco Rossi, rebelle de façade, star de pacotille qui aura joué toute sa vie, le rôle de dérivatif au troupeau fatigué des masses postmodernes. Ce n’est plus masse et puissance, c’est masse et impuissance.
-
Et Maurizio Blondet regrette l’effondrement italien et de se demander : Et si ces gens étaient allés sur Rome ? S’ils avaient accepté cette condition soldatesque pour se révolter contre un système qui les ruine, les dépossède, les remplace, les liquide ? Si ces gens s’étaient dépêchés de se précipiter à la gorge des banksters et des bureaucrates plutôt que de se livrer, béats esclaves, à la voix de fausset d’un chanteur ? Car comme on peut le constater, ces gens, ce troupeau, italien, français, européen, allemand préfère ses maîtres et ses illusionnistes à ses sauveurs.
-
Les Portugais s’étaient ruinés en 2006 pour aller écouter deux fois de suite Madonna dans un stade. Ces idiots d’Allemands s’étaient déshonorés pour aller écouter à Berlin un jeune sénateur américain paraît-il cool : il s’appelait Obama. Quant aux Français, ils se battent deux mois après Macron (il les aurait déçus ! Déjà ?) pour décrocher le dernier maillot de foot de Neymar ! Alors…
-
Alors, on oublie l’agenda de remplacement et de dépopulation. On oublie les scandaleuses contraintes vaccinatrices-exterminatrices dont parle Maurizio. On oublie l’abolition du cash, on oublie les prélèvements confiscatoires, on oublie les attentats qui frappent à Barcelone ou ailleurs et on se fout de tout. « Il en reste assez pour moi », disait Boris Vian dans sa chanson. Le foot, la télé-poubelle, le consumérisme, la grosse bouffe, comme disait l’historien Stanley Payne.
-
C’est que le troupeau n’est pas une victime, le troupeau est consentant. Il s’amuse en se sacrifiant, et en s’aliénant, il y a pris trop goût, comme le voyait Céline dès les années trente. Cela me rappelle le film Fast-food Nation de Richard Linklater. Il montre bien que tout le monde est consentant, du politique au flic, du Blanc obèse au Mexicain, sans oublier la vache qui refuse d’abandonner son feedlot (parcs d’engraissement en français). On la bourre, cela lui suffit, après elle ne se fait qu’une idée confuse de ce qui va se passer. Et nous, nous n’avons pas plus envie de nous libérer que ces vaches promises à l’abattoir.
-
On en est arrivé au point où l’on ne sait plus qui est vivant dans ce monde. Un Guénon pas très optimiste tout d’un coup parlait ainsi de la dissolution de la personnalité qui accompagnera nos temps postmodernes : « Ce serait une véritable dissolution de tout ce qu’il y a de réalité positive dans l’individualité totale ». C’est le troupeau des catholiques mous du pape François aussi ; de Soros, de Merkel, de Gaga et de Burning man. L’apocalypse a créé une humanité, un public, une audience sur mesure pour les châtiments-catastrophes qu’elle nous prépare, conclut Nicolas Bonnal.
-
François, pape philanthrope :
-
Dans "François, pape philanthrope", François Marcilhac écrit notamment (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : Ne jetons pas, enfin, aux orties l’identité pluriséculaire des sociétés européennes au profit d’un multiculturalisme qui provoque déjà chez nous ses effets multiconflictualistes. Il faudrait, selon le message papal, « favoriser, dans tous les cas, la culture de la rencontre ».
-
Mais comment croire, sans un angélisme particulièrement aveugle, que favoriser une « intégration » opposée à l’assimilation, c’est se placer « sur le plan des opportunités d’enrichissement interculturel général »  ? Chaque jour nous apporte, en Europe, le témoignage du contraire. Non, tendre à une société multiculturelle généralisée ne rapprochera pas les hommes entre eux.
-
Il fut un temps où le cardinal Bergoglio était plus lucide  : « Qu’est-ce qui fait qu’un certain nombre de personnes forment un peuple  ? En premier lieu, une loi naturelle, et un héritage. En second lieu, un facteur psychologique  : l’homme se fait homme dans l’amour de ses semblables. Le naturel croît en culturel, en éthique. Et de là, en politique, dans le cadre de la patrie, qui est ce qui donne l’identité ».
-
La cohésion de la Nation suppose qu’on s’accorde sur un bien vraiment commun à tous les citoyens. Seul ce bien commun national qui, loin d’être contraire au bien humain, l’incarne, sera notre guide sur la question des prétendus "migrants" - concept idéologique dont la fonction est de cacher des réalités différentes pour mieux organiser la soumission des Nations à un ordre supranational, conclut François Marcilhac.
-
Petite conclusion :
-
Carla Bruni-Sarkozy a annoncé l'arrivée d'un "nouveau membre dans la famille" : une petite chienne de deux mois, appelée Nastasya. Une mère de famille de Seraing, près de Liège, en Belgique, a reconnu avoir assassiné son fils de 11 ans à coups de hache. Le climat est le responsable majeur du nombre croissant de migrants ; et le pape veut tous les accueillir. La droite est esclave de la gauche et ainsi de suite...
-
Michel Garroté pour Les Observateurs
-
http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/09/11/31001-20170911ARTFIG00256-mathieu-bock-cote-comment-etre-de-droite-dans-un-systeme-mediatique-de-gauche.php?xtor=EPR-211
-
http://eurolibertes.com/politique/maurizio-blondet-suicide-spirituel-europeen/
-
http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/09/12/francois-pape-philanthrope.html
-

Un commentaire

  1. Posté par Claire le

    Cet article est un délice!
    Et n’oublions pas le bâtard croisé labrador et je-ne-sais-plus-quoi, noir, donc politiquement correct (métissé et de couleur) adopté par le couple Macron/Brigitte, manifestement stérile. Une angoisse m’étreint, et si c’était lui le mari de la chienne de Carla?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.