Corée du Nord (3e partie)

Michel Garroté
Politologue, blogueur
Corée-Nord-4

Corée-Nord-4

   
Michel Garroté  --  Des sources fiables du renseignement occidental et israélien confirment régulièrement que le Bureau 39 est vital pour le régime, ce bureau permettant notamment aux dirigeants nord-coréens d’acheter des soutiens politiques et de financer le programme d’armement nucléaire nord-coréen.
-
Financement : Le Bureau 39 du Parti des travailleurs coréens, également connu sous les noms de Bureau 39 et Division 39 et disposant de nombreuses adresses en Corée du Nord, contrôle un nombre important d’entités dans le pays comme à l’étranger. La vocation de cette organisation est d’apporter au régime des sources de financement gérées directement à la tête de l’Etat.
-
En vertu de ce mandat, le Bureau 39 centralise une grande partie des activités illicites menées par la Corée du Nord à des fins de financement, dont la fabrication et le trafic de stupéfiants et de fausse-monnaie. Le Bureau 39 a été directement impliqué dans des tentatives de contournement des sanctions du Conseil de sécurité à plusieurs reprises.
-
La banque Daesong (Korea Daesong Bank, aussi appelée Taesong Bank et Choson Taesong Unhaeng) est directement contrôlée par le Bureau 39. Elle est son vecteur privilégié d’intervention pour ce qui est des transactions financières liées à ses activités. La seule banque nord-coréenne qui opérait en Europe, la Golden Star Bank de Vienne (fermée en 2004) en était une filiale. La banque Daesong contrôle plusieurs autres entités impliquées dans le volet financier des activités du Bureau 39, comme la Korea Daesong General Trading Corporation (cinq autres alias connus).
-
Activités de prolifération : Le Munitions Industry Department est l’autorité de tutelle des industries d’armement de Corée du Nord, mais également du Second Economic Committee et de la KOMID. Le Second Economic Committee a la responsabilité directe de la production de missiles balistiques en Corée du Nord. Il supervise également les activités de la KOMID. La Second Academy of Natural Sciences est l’organisme de recherche et développement responsable des programmes les plus avancés, notamment en ce qui concerne les missiles balistiques, et probablement les activités nucléaires militaires.
-
On lui connaît près d’une dizaine d’alias (par exemple National Defense Academy), et elle dispose également d’entités subordonnées, dont la Tangun Trading Company, impliquée dans la livraison en octobre 2007 à la Syrie de 130 pains de propergol solide à double base utilisables dans des missiles balistiques. On notera que dans cette affaire, l’entreprise expéditrice était référencée comme Korea General Trading Corp.
-
Trafics proliférants : La Korea Mining and Development Trading Corporation (également connue sous le nom de KOMID) est principalement responsable des exportations de certaines armes, en particulier de technologies et matériels liés à la prolifération balistique. Il est notamment avéré que c’est par le biais de la KOMID que des technologies balistiques ont été transférées à l’Iran. La KOMID dispose de nombreuses filiales, parmi lesquelles on peut citer la Haesong Trading Corporation et la Korea Traesong Trading Company.
-
Le Reconnaissance General Bureau a repris l’essentiel des activités de la KOMID. Contrôlé par l’Armée populaire de Corée (APC), il est également connu comme Unité 586 de l’APC, entre autres. La Sobaeku United Corp. a pour fonction de gérer les approvisionnements de la Corée du Nord en matériaux essentiels. Elle est notamment impliquée dans la production de graphite pouvant être destiné à des activités balistiques. La Korea Tonghae Shipping Company détient une partie de la flotte marchande coréenne et a été associée à plusieurs reprises à des trafics proliférants.
-
En 2010, Yuriko Koike, ancienne ministre japonaise de la Défense confirmait que la plus grande menace nucléaire qui pèse aujourd’hui c’est la lune de miel nucléaire entre un Iran déterminé à acquérir la capacité de produire l’arme nucléaire et une Corée du Nord bien décidée à lui monnayer son savoir-faire.
-
Aujourd’hui plus de 6000 Nord-Coréens travaillent en Iran et dans les pays voisins du Moyen-Orient, en majorité comme simples ouvriers dans le bâtiment ou dans la confection. Mais en Iran et en Syrie ce sont surtout des techniciens et des ingénieurs. En septembre 2007 quand Israël a attaqué un site nucléaire en Syrie, on a appris que des Nord-Coréens participaient à son développement en coopération avec le Centre national de recherche technique de Syrie.
-
La plupart des Nord-Coréens qui se trouvent en Iran représentent le Parti des travailleurs coréens (PTC), avec pour mission de propager l’idéologie du parti au sein de la République islamique. Ils vivent en petite communauté sous l’oeil du Parti qui surveille étroitement leurs relations personnelles.
-
Certains d’entre eux dépendent directement de l’ambassade de Corée du Nord à Téhéran dont l’une des principales fonctions est de surveiller pour le compte du Parti ses ressortissants basés en Iran. Les attachés diplomatiques nord-coréens doivent tenir des sessions hebdomadaires et mensuelles d’autocritique. Ceux qui ne suivent pas scrupuleusement les directives du Parti s’exposent à de sérieux ennuis.
-
Mais d’autres Nord-Coréens présents en Iran ne dépendent pas directement de l’ambassade : ceux du Bureau 99 qui dépendent du Département de l’armement à Pyongyang, ceux du Bureau 39 qui dépendent du Département des finances et de la comptabilité du PTC et ceux qui sont directement sous les ordres du Secrétariat du « Cher dirigeant », Kim Jong-Il. En 2002, quelques 120 Nord-Coréens travaillaient en Iran sur plus d’une dizaine de sites de recherche nucléaire ou de développement de missiles.
-
Alors que ceux qui travaillent dans les Emirats arabes unis, au Qatar ou au Koweït constituent essentiellement une main d’oeuvre bon marché, ceux qui travaillent en Iran dans l’armement et dans le nucléaire servent de vaches à lait pour Pyongyang. Non seulement ils rapportent de l’argent au régime de Kim Jong-Il, mais ils contribuent à forger une alliance virtuelle anti-américaine. En participant à la prolifération nucléaire et à un transfert de technologie militaire et nucléaire au profit du régime le plus radical du Moyen-Orient, Kim Jong-Il espère faire du fondamentalisme islamiste un allié.
-
Jusqu’en 2009, le Département des finances et de la comptabilité et le Secrétariat de Kim Jong-Il avaient la responsabilité de l’exportation vers l’Iran des missiles et des technologies qui s’y rattachent, ceci par l’intermédiaire de compagnies écran gérées par le Bureau 99. Toutes les opérations de ce type se font directement sous les ordres de Kim Jong-Il.
-
Voici comment cela fonctionne : le second comité économique du Comité central du Parti fabrique les missiles avec l’aide de la seconde académie de sciences naturelles de Corée du Nord. Des entreprises sous la direction du Bureau 99 exportent des missiles vers l’Iran. Les revenus tirés de l’exportation de missiles, du nucléaire et d’autres armes atterrissent directement dans la poche de Kim Jong-Il ou bien servent au développement du nucléaire nord-coréen.
-
Après les essais nucléaires de la Corée du Nord en 2009, la résolution 1874 du Conseil de sécurité de l’ONU a imposé des sanctions au régime de Kim, ce qui a porté un rude coup au flux de devises étrangères vers son pays. Paradoxalement l’Iran est ainsi devenu un partenaire encore plus important pour la Corée du Nord.
-
Les sanctions n’ont pas mis un frein à la coopération nucléaire entre les deux pays, elles l’ont renforcée. Selon des documents internes importants du PTC obtenus grâce à des informateurs nord-coréens, une nouvelle entreprise écran est apparue cette année : la Lyongaksan General Trading Corporation. Elle semble jouer un rôle central dans l’exportation de missile et de technologie nucléaire vers l’Iran (fin).
-
Michel Garroté pour Les Observateurs, 8.9.2017
-

6 commentaires

  1. Posté par Dominique Baettig le

    Les sources d’information israéliennes ne sont pas du tout crédibles.
    La Corée du Nord est une cible pour les mondialistes et l’Etat profond étasunien cherche la confrontation à tout prix. Je ne mange pas de ce pain là.

  2. Posté par Roland Marquis le

    Jusqu’à preuve du contraire, les seules bombes atomiques qui ont explosé ont été lancées par un Etat démocratique occidental. En outre, ce même Etat bafoue à longueur d’années les lois internationales et celles des pays dans lesquels il a de l’influence. Finalement, ce même Etat démocratique occidental est gouverné de temps en temps par des irresponsables, menteurs (G.W. Bush) ou incompétents. Alors a-t-on le droit de donner des leçons aux autres?

  3. Posté par UnOurs le

    Zemmour, impeccable, mais c’est une habitude:
    https://www.youtube.com/watch?v=jM0tNQQEtsM
    Quel plaisir d’entendre autre chose que du discours « droitard » ou « néocon » !

  4. Posté par John Simpson le

    Cet article n’est même pas sourcé. Ce n’est pas très sérieux de la part de Michel Garroté. Il suffit de faire des copier-coller sur google et de voir qu’il a pompé des phrases dans des articles qui existent (fautes de syntaxe comprises) et qu’il n’a pas pris la peine de les citer. Pas très crédible pour un politologue…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.