Temps présent du 7 septembre : « Quand je serai vieux, je serai pauvre »

retraité mendiant

69 ans après la création de l’AVS et 32 ans après celle du 2ème pilier, le problème de la pauvreté des personnes à la retraite n’est toujours pas réglé. Pire, il s’aggrave. Selon certaines estimations, un retraité sur cinq se débrouille aujourd'hui comme il peut pour ne pas sombrer en dessous du minimum vital. Leur quotidien est fait de petites et grosses batailles pour boucler les fins de mois. Ils ont surmonté un tabou typiquement helvétique, la stigmatisation de la pauvreté, pour témoigner face à la caméra.

Au milieu du mois, Renée n’a plus que 100 francs pour le terminer. Comment fait-elle? Elle vit d’expédients, notamment en vendant des appareils ménagers ou d’autres objets de valeur, dont elle se prive de plus en plus. Son AVS et sa caisse de pension lui assurent un revenu mensuel de 2'570 francs. Ce n’est pas assez pour subvenir à ses besoins. La moindre dépense imprévue déséquilibre son budget.

Ils et elles sont des centaines de milliers à vivre de cette manière, parce que beaucoup touchent des rentes vieillesse trop faibles pour faire face au coût de la vie en Suisse. La hausse des loyers et celle des primes maladie est passée par là. Et les prestations complémentaires ne parviennent plus à boucher tous les trous.

Cette pauvreté est d’abord féminine. Un demi-million de femmes n’ont que l’AVS pour vivre. En moyenne, leurs rentes sont inférieures de 37% de celles des hommes. Une inégalité frappante à cause du 2ème pilier, qui les pénalise particulièrement. Cette précarité des aînés risque d’augmenter, car les fins de carrière professionnelle sont désormais de plus en plus difficiles, en raison du chômage de longue durée, entre autres. La conséquence: des caisses de pension insuffisantes pour compléter l’AVS..

Générique

Un reportage de Pietro Boschetti et Xavier Nicol
Image : Alain Pentucci Son : Benedikt Fruttiger Montage : Chantal Dall'Aglio

Source RTS

11 commentaires

  1. Posté par hausmann conrad le

    Suite à certains commentaires: Les avions au moins ne sont pas musulmans….

  2. Posté par Anne Hita le

    Pour faire suite au commentaire […] de Dominique Schwander, j’aimerais ajouter que si on en est là, c’est aussi et surtout parce que les banques et autres gérants de fortunes ont joyeusement boursicoté avec l’argent du 2ème pilier, et qu’ils ont perdu cet argent. Maintenant on veut nous faire croire que c’est la faute à pas de chance, aux retraités écervelés qui ont claqués tous leurs sous ou aux pauvres idiots qui n’ont pas assez économisé !

  3. Posté par Loulou le

    2,4 milliards par an à partir de 2018 pour des « réfugiés ». 2400 millions!

    Les autres avant les nôtres.

  4. Posté par Dominique Schwander le

    1. N’est-il pas surprenant que, 69 ans après la création de l’AVS et 32 ans après celle du 2ème pilier, il y ait tant de Suisses et de Suissesses qui ont si peu cotisé qu’ils ont une AVS et une caisse de pension si faibles? Les exemples donnés ne valent rien si on ne sait pas combien d’années ils ont travaillé eux et leur éventuel conjoint et cotisé, voir aussi comment ils ont dilapidé sottement le capital de leur deuxième pilier.
    2. La priorité est d’appliquer la préférence nationale et d’arrêter de mépriser les nôtres et de donner plus à des immigrants illégaux, économiques, militants et criminels qu’à nos retraités.

  5. Posté par RealrecognizeReal le

    Et dire que ces générations avaient tout : recherche d’emplois facile, recherche de logements facile, du respect dans nos rues, un permis de voiture bon marché…etc. Qu’est-ce que ça sera pour les jeunes d’aujourd’hui lorsqu’ils seront vieux?

  6. Posté par martini le

    mêmes pensées que Philippe pensons avant tout à notre peuple qui a contribué a enrichir le pays et arretons de gaspiller notre argent pour de faux migrants etc c est scandaleux

  7. Posté par philippe le

    Il faudra faire le ménage une fois pour toute. Il y a trop de migrants qui ne sont pas des réfugiés. Ces faux réfugiés qui touchent un pécule les vacances, halte à l’hypocrisie et la vanité , de vouloir accueillir le monde , Sans travail la Suisse ne peut pas prospérer. Et c’est scandaleux de laisser les concitoyens de ma génération en leur disant (( vous avez droit à rien  »)) . Merci les gauchistes pour votre hypocrisie et vous les BOBOs pour votre indifférence . Foutre l’argent en l’air et dire que tout va bien !!!

  8. Posté par Wouly le

    Notre Sécurité n’a rien à voir avec l’AVS et 2ème pilier. Notre problème sont les dépenses du service social pour tous les migrants/immigrés qui arrivent en Suisse avec leurs maladies tropicales et tout leur harem.

  9. Posté par Arnold le

    Je dirais plutôt, S. Sommaruga demande des milliards pour l’asile et Burkalter demandait des milliards pour l’aide au développement. L’argent pour les avions restent au moins « aux mains  » des Suisses, même si celui-ci serait peut-être plus utile ailleurs.

  10. Posté par meulien le

    au fait,pour qui votent ils?

  11. Posté par bonardo le

    Et oui et Parmelin demande des milliards pour des avions ,il y a de quoi se poser des questions dans ce pays::::::::

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.