Quotas de migrants : la Slovaquie et la Hongrie déboutées par la justice européenne

UE Hongrie

La cour de justice européenne a rejeté les recours déposés par la Slovaquie et la Hongrie concernant la politique européenne de relocalisation des migrants par quotas dans les différents pays de l'Union.

La plus haute instance de justice européenne a décrété que l'Union Européenne était en droit d'imposer à ses membres d'accueillir un quota de migrants arrivés sur le continent, comme décidé en septembre 2015 par les dirigeants européens, au plus fort de la crise migratoire.

Cette décision fait suite à des recours déposés par la Slovaquie et la Hongrie afin de contester l'obligation de recevoir des milliers de migrants sur leur territoire.

«La cour rejette les actions menées par la Slovaquie et la Hongrie contre le mécanisme de relocalisation de demandeurs d'asiles», a fait savoir la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) dans un communiqué.

«La mécanisme contribue à permettre à la Grèce et à l'Italie de faire face à la crise migratoire de 2015 et est proportionné», a ajouté l'institution judiciaire.

En réaction à cette décision, le ministre des Affaires étrangères hongrois a déclaré que son pays continuerait à «chercher tous les moyens légaux pour s'assurer d'avoir le dernier mot concernant ceux qui sont autorisés à entrer dans le pays».

La Hongrie et la Slovaquie font partie du groupe de pays qui avaient voté contre les quotas d'accueil obligatoires (portant sur 120 000 personnes), comme la République tchèque et la Roumanie, mais qui avaient été mis en minorité par les autres pays européens.

Aux termes du plan, la Hongrie avait ainsi l'obligation de recevoir dans un premier temps quelque 1 300 personnes (plus de 2 300 à terme) et la Slovaquie environ 800 (plus de 1 400 à terme). Mais au 31 août 2017, la Hongrie du controversé Premier ministre Viktor Orban n'en avait accueilli aucune, et la Slovaquie 16.

Après plusieurs rappels à l'ordre infructueux, la Commission européenne a déclenché en juin des procédures d'infraction contre Budapest, ainsi que Varsovie et Prague.

Source via 

16 commentaires

  1. Posté par Palador le

    Face à l’absurdité des délire de Bruxelles et à la sécurité de son peuple Victor Orban à choisi. Un exemple pour tout les autres politiciens couards qui se couchent devant cette mafia de l’UE.

  2. Posté par Dominique Schwander le

    Une fois de plus preuve est faite que les peuples des Etats-nations membres de l’UE ont perdu leur Souveraineté et sont soumis à Bruxelles.
    Le peuple Souverain de Suisse persister à s’opposer à l’adhésion à l’UE et Hongrois et Slovaques doivent exiger de sortir de l’UE.

  3. Posté par martini le

    contre la justice européenne retour des migrants dans leurs pays la ou ils ont laissés leurs femmes et enfants

  4. Posté par pougatchof le

    les pays du groupe de visegrad sont au pied du mur ! soit ils plient le genou et acceptent les migrants, soit ils quittent l’Union des Enflures ! ce qui j’espère arrivera sera un séisme de magnitude 10 à la face du monde !!!!! et la fin de cet Etron Européen !
    MAIS en attendant ce moment, je retarde les investissements que je devais effectuer dans ces pays, car je crains le pire qui serait la génuflexion des pays de l’Est et le passage sous les fourches caudines de l’UE…

  5. Posté par Wouly le

    Soyons TOUS unis CONTRE la dictature de l’UE !

  6. Posté par Yogi le

    Une illustration de l’indépendance et objectivité des « juges étrangers » auxquels la Suisse se soumettrait en cas d’accord cadre avec l’UE.

  7. Posté par JeanDa le

    C’est cela la démocratie 2.0 !
    Une idiote décide de faire la connerie du millénaire – naturellement sans consulter personne – et c’est aux autres de payer les pots cassés.

  8. Posté par Fanfouet le

    « En droit d’imposer »… Youpie ! Cela fait de plus en plus envie de faire partie de l’UE… Heureusement que cette dictature est en train de sombrer, car plus personne ne croit en ce machin.

  9. Posté par Dupond le

    L’imigration est organisée par l’UE

  10. Posté par SD-Vintage le

    Que voilà du sophisme juridique ! Un pure argumentaire anglo-saxon creux : «La mécanisme contribue à permettre à la Grèce et à l’Italie de faire face à la crise migratoire de 2015 et est proportionné»
    Proportionné à quoi ? Sur quelle base ?
    La Grèce et à l’Italie n’avaient qu’à appliquer le droit européen et leurs propres lois : empêcher l’entrée des migrants et les ramener à la frontière.
    « faire face à la crise migratoire » : qui a déclenché cette crise migratoire ? L’Allemagne « généreuse » de Mme Merkel et la France « Généreuse » de Mr Hollande. Qui casse paie. Le fait que la Commission applique illégalement ces décisions unilatérales contre le droit de l’Union européenne ne les rend pas légales.
    Les juges font le droit en fonction de leurs penchants idéologiques.

  11. Posté par Aude le

    Résistance à la dictature! UE dehors. UE assassins.

  12. Posté par Claire le

    Si l’UE avait la volonté de stopper l’immigration, cela pourrait être fait en quelques jours, ainsi que l’a souligné le général italien. Il est tout à fait clair que ce machin est en fait une dictature qui impose ses desiderata à des peuples qui n’en veulent pas.
    En 2005, lors du dernier référendum (dernier à tous les sens du terme car la classe politique a bien compris qu’il ne faut surtout pas consulter le peuple en France), les Français ont voté contre le traité de Lisbonne. Sarkozy est passé par-dessus cette volonté populaire et l’a fait adopter, vaguement modifié pour endormir les foules, par le parlement. Acte de haute trahison qui est passé comme une lettre à la poste.
    On est en droit de se demander jusqu’à quand les peuples anesthésiés, décérébrés, conditionnés, vont se laisser mener à l’abattoir …

  13. Posté par Brélaz François le

    J’espère que malgré cela ils vont tenir bon et ne rien lâcher !

  14. Posté par J.J. le

    Tenez bon!!! La dictature ne doit pas passer par vous!!!

  15. Posté par Bussy le

    Alors ça c’est une surprise !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.