Le projet de Grande Albanie : un danger de foyer islamiste au cœur de l’Europe ?

Albanie_Grande

Le projet de Grande Albanie : un danger de foyer islamiste au cœur de l'Europe

 

Je suis une blogueuse d'origine grecque et je voudrais vous soumettre mon article sur la question albanaise. Merci pour votre attention.

Balkans: la "question albanaise", le casse-tête de Washington

L'intervention de l'OTAN menée par Washington en Yougoslavie dans les années 90 a plongé la région dans en plein chaos. Leur campagne de bombardement a tué des centaines de civils et détruit des immeubles d’habitation, des fermes, des écoles, des hôpitaux, des églises et des ponts.  La guerre du Kosovo a ouvert une boîte de Pandore et créé la menace d’une Grande Albanie.

L’idée d’une Grande Albanie s'est développée au XIXe siècle, alors que l’Empire ottoman était encore présent dans les Balkans. La Grande Albanie est un projet nationaliste visant à réunir au sein d’un même Etat tous les albanais se trouvant dans des Etats voisins de l’Albanie. Il s'agit notamment du Kosovo-et-Métochie, de la région de Preševo, de territoires en Macédoine, au Monténégro et en Grèce.

Le plus dangereux, c'est que ce virus du nationalisme ethnique est difficile à contrôler. En effet, après la proclamation de l'indépendance du Kosovo, les nationalistes albanais ont les mains libres. Et ils se sentent à l'aise pour utiliser la question d'une grande Albanie comme un outil politique.

Ainsi, lors de son entretien accordé au portail Politico, le premier ministre albanais, Edi Rama n’a pas exclu la possibilité d’unification de l’Albanie et du Kosovo «si la perspective de l’adhésion des pays des Balkans à l’UE continue de s’éloigner». Le président du Kosovo, Hashim Thaçi, a également déclaré que l’unité nationale reste une alternative si l’UE ne veut pas des Albanais. Les propos que le commissaire européen Johannes Hahn a jugés inacceptables et même contre-productifs ne sont pas nouveaux. Mais ils gagnent du terrain.

Le syndrome du Kosovo s'est répandu dans la région au sein des populations d'origine albanaise. Il est suffisant d'évoquer la crise interethnique très violente faisant 100 à 200 morts en Macédoine en 2001. Cette année même, le pays a connu plusieurs affrontements.  Les défilés étaient presque quotidiens à Skopje, la capitale, et dans les principales villes du pays. Les manifestants accusaient les Albanais de vouloir fédéraliser la Macédoine, la diviser. Des émeutes risquent également d'éclater en Grèce ou au Monténégro. En effet, de nombreux incidents pareils ont déjà eu lieu dans ces territoires. Suite à cela, le député monténégrin Predrag Bulatović a souligné que «nous sommes témoins d’une action régionale organisée et coordonnée du nationalisme grand-albanais, afin de promouvoir l’idée de la Grande Albanie».

Il est à noter que ces pays Balkans présentent un intérêt géopolitique pour Washington. Quant au Kosovo (d’aujourd’hui) et l’Albanie, ce sont les deux états les plus américanophiles des Balkans. En effet, la politique américaine dans les Balkans est plutôt ambiguë. D'un côté, Washington préfère éviter tout conflit dans la région pour ne pas perdre sa puissance. D'un autre côté, la République du Kosovo a été créée avec le soutien de l'OTAN dont les nationalistes albanais profitent toujours. De surcroît, la situation s'aggrave par la crise politique qui s'éternise et commence à inquiéter les pays occidentaux, dont les États-Unis. Le dernier gouvernement du Kosovo est tombé en juin, sur un désaccord sur le tracé de la frontière avec le Monténégro voisin, une autre ex-république yougoslave. Et depuis, tout est bloqué.

En l'absence de décollage économique, le Kosovo pourrait en effet devenir un foyer islamiste au cœur de l'Europe. Des milliers de jeunes Kosovars, désœuvrés et découragés par l'absence d'avenir, sont partis faire le djihad en Irak ou en Syrie.

C'est une vraie bombe à retardement.

La réponse à la question de savoir si le mouvement national albanais représente une menace pour la région est donc évidente. Reste à savoir si Washington a l'intention de mettre de l’huile sur le feu ou de maintenir la paix et assurer la sécurité dans les Balkans ce qu'il avait d'ailleurs proclamé comme sa mission principale à l'époque.

Maria Haros, blogueuse d’origine grecque, 31.8.2017

Liens de référence:

https://www.herodote.net/Balkans-synthese-612.php

http://www.stratpol.com/de-la-ralit-de-la-grande-albanie

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2011/01/derriere-limposture-du-kosovo.html

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2009/05/ou-sont-les-grandes-conscience.html

http://www.rfi.fr/emission/20170328-macedoine-skopje-defiles-presque-quotidien-politique-opposition-formation-gouverne

https://www.rtbf.be/info/monde/detail_la-crise-politique-au-kosovo-provoque-des-inquietudes-en-occident?id=9683106

 

5 commentaires

  1. Posté par Filouthai le

    L’OTAN, sous influence américaine, a délibérément favorise les Musulmans albanais ou kosovars – des gens sans parole- au détriment des serbes orthodoxes -proches culturellement des européens.
    Lire le livre : L’Europe s’est arrêtée à Pristina

  2. Posté par A de Chanterac le

    Pendant des décennies, les gouvernements albanais et la population ont été bien contents de voir leurs hors la loi et autres aventuriers , Haiduks ( cf Tintin..) etc aller rançonner le Kosovo où le croate Tito les accueillait pour remplacer les serbes et réduire leur influence.
    Ces albanais du Kosovo ( et de Macedoine), ont beaucoup plus d’attaches avec la diaspora en Suisse , Allemagne et USA d’ où leurs intellectuels activent un concept de « grande Albanie », qui sert beaucoup plus à mobiliser leurs activistes , susciter des provocations , entretenir une instabilité dont profite leur trafic qu’à bâtir une quelconque grande Albanie..
    Ce chaos contrôlé, est également entretenu par les néo conservateur ( Soros etc..) dans les balkans comme dans le reste de l’Europe qui doit rester divisée pour ne pas être une puissance rivale. En aidant à falsifier les comptes de la Grèce pour lui permettre de rentrer dans l’euro, le Goldman Sachs ( aux ordre de qui ?) y a contribué en plombant l’Europe..

  3. Posté par Bardon Francis le

    J en pense que la situation en France se profil de la même facon .avec l arrivé de musulmans arabofricains ….ils ont déjà des actions violentes voir les radicalisés qui passent à l acte ..pour le déséquilibre de paix en France .le gouvernement et manuel macron doivent arrêté de se rendre chaque année sous l arc de triomphe allumer la flamme du soldat inconnu ….sizndvont est capable de permettre lbinvadion ISLAMIQUE dans notre pays ..il fallait dire oui à hile

  4. Posté par Christian Hofer le

    Oui c’est juste et la situation en Macédoine est très intéressante sur un plan:

    il existait une population albanaise en Macédoine mais une partie des Albanais dans ce pays provient du flux de réfugiés. C’est ce fragile équilibre entre musulmans et orthodoxes qui a été perturbé par cette arrivée d’autres musulmans.

    Des actions violentes de groupes armés albanais ont eu lieu par la suite.

    La démographie musulmane plus importante que celle des Macédoniens orthodoxes est aussi un problème pour ce pays. C’est pour cela que certains Albanais de Macédoine peuvent aujourd’hui revendiquer une partie de ce territoire. Les Macédoniens orthodoxes tentent de garder le contrôle du pouvoir car ils n’ont aucune confiance dans les Albanais. Dans le temps, il est possible que la démographie et le nombre des Albanais va déboucher sur une guerre civile.

    La source est donc simple comme souvent avec les musulmans:

    – Accueillis en tant que réfugiés venant renforcer la population musulmane de base
    – Démographie en leur faveur
    – Exiger que le pays d’origine chrétienne cède sa place via la menace d’actions violentes.

  5. Posté par Maurice le

    Grand merci à Maria Haros pour cette analyse claire et précise !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.