Aznavour Charles. Oui, l’immigration peut être une chance

Aznavour_100ChansonsBon

Oui, l’immigration peut être une chance

 

En matière d’immigration, Charles Aznavour en connaît un bout, lui dont toute la vie a été placée sous la double appartenance à l’Arménie et à la France. Peut-on dire cependant qu’Aznavour est plus français qu’arménien ou le contraire ? En France, nous aurions tendance à penser qu’il est plus français. Et pourtant en Arménie, la ferveur autour de sa personne pourrait faire penser le contraire. Il semble bien qu’il soit complètement l’un et l’autre. Comment en est-il arrivé là ?

 

Né en France par hasard, alors que sa famille, en route pour émigrer aux USA  était en escale à Paris, les circonstances ont poussé ses parents à rester sur le sol français. Ainsi, ayant vécu toute sa vie en France, Charles est donc devenu tout naturellement français, et peut-être même plus que nombre de Français ayant des ancêtres depuis plusieurs générations. Il le dit lui-même en février 2013 : « Je suis devenu français d’abord dans ma tête, dans mon cœur, dans ma manière d’être, dans ma langue. »

 

Pourtant ses parents arméniens lui ont inculqué sa culture familiale à un tel point qu’il avoue le douloureux cheminement de sa démarche : « j’ai abandonné une grande partie de mon arménité pour être français ». Pour lui, cet abandon est indispensable pour pouvoir s’assimiler complètement au pays d’accueil. Le choix est très simple : « Il faut le faire ou il faut partir. »

 

Si Aznavour, comme nombre de ses collègues du monde du spectacle, est un partisan de l’immigration, il se distancie néanmoins de la plupart d’entre eux par une position claire « contre la régularisation massive des immigrés » (voir Raoul Bellaïche, éditions Archipel). Il soutient une immigration responsable, et souhaite que les immigrés ne viennent que « s’ils sont prêts à épouser le mode de vie français sans chercher à imposer le leur. » Aznavour n’a que des paroles de bon sens. Immigration sans assimilation n’est que ruine du pays.

 

Il a donc abandonné une partie de sa culture familiale et il est resté en France. Il a choisi la voie de l’effort, du sacrifice, du renoncement à une partie de son héritage familial pour accéder pleinement à la grande famille de son nouveau pays. On voit cela dans sa chanson de 1987, Les émigrants qui décrit bien ce cheminement difficile à force de défricher, de trimer, de sueur, mais aussi de bonheur.

 

Charles Aznavour n’a pas choisi la France pour ses allocations, ses subventions, ses aides diverses. Il a choisi un pays qui lui a donné sa chance et il l’a saisie. Il est parvenu à se fondre dans son pays d’accueil, sans par ailleurs renier son pays d’origine. Et jamais, il n’a opposé l’un à l’autre.

 

Au contraire, c’est une magnifique osmose qu’il a réussi à créer entre ces deux pays et ces deux cultures. A Hollywood en août 2017, lors de la cérémonie de l’installation de l’étoile portant son nom sur la Walk of fame (Promenade de la célébrité) il a déclaré : « Je suis Français et Arménien, les deux sont inséparables comme le lait et le café, c'est fantastique d'avoir deux cultures… Le français est ma langue de travail mais ma langue familiale est toujours l'arménien».

 

Aujourd’hui, en Arménie, par Charles Aznavour, la France est reconnue et appréciée. En Arménie, la langue française occupe une place importante et toute une jeunesse tient en haute estime la chanson française grâce à son phare étincelant qu’est Charles Aznavour.

 

Nous savons tous l’amour qu’il a pour sa terre natale, amour qui ne s’est jamais démenti tout au long de sa vie. Avec son association  « Aznavour pour l’Arménie » (APA), il a grandement aidé son pays dans les moments difficiles comme le tremblement de terre en 1988. L’Arménie lui a marqué sa reconnaissance en nommant une place de la capitale Erevan, Charles Aznavour Square.

 

Et pourtant, pourtant, Aznavour est si français, lui qui maîtrise notre culture si profondément, qui sent et ressent cette France jusqu’au tréfonds de son âme, qui a été son ambassadeur culturel pendant des décennies et qui continue à aimer et à chanter de toutes les fibres de son être le pays qui l’a accueilli.

 

Aznavour a voulu intégrer son pays d’accueil, s’assimiler, devenir français. Animé d’un tel élan, il s’est propulsé jusqu’au centre du noyau dur de la francité où il a produit ses chefs-d’œuvre musicaux qui sont autant d’odes chantées à la France de toujours.

 

Merci M. Aznavour de votre talent mis au service de votre amour de la France. Merci pour l’exemple que vous donnez aux jeunes immigrants d’aujourd’hui, pour la route que vous leur montrez, pour la voie que vous avez tracée d’une assimilation réussie au plus haut niveau. Nous avons aujourd’hui tant besoin de modèles comme vous !

 

Bertrand Hourcade, 30.8.2017

 

 

 

 

 

24 commentaires

  1. Posté par petitjean le

    Ne racontons pas d’histoire. Certains ont la mémoire courte
    Ce monsieur a toujours été dans le « camp du bien »…………sa carrière en atteste !

  2. Posté par Tommy le

    Aznavour habite à Saint-Sulpice, canton de Vaud, Suisse.
    Commune multiethnique, ( il y a quelques Suédois et Hollandais, quelques Anglais….)
    Commune très privilégiée fiscalement…..
    Un pur hasard?
    L’immigration musulmane?
    Oui, bien sûr, mais……pour les autres!

  3. Posté par Panache l'Écureuil le

    « En Arménie, la langue française occupe une place importante »:
    L’Arménie fait partie de L’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).
    Rappelons aussi qu’historiquement l’Arménie constitua le premier Etat chrétien à l’échelle du monde.

  4. Posté par leone le

    Il faudrait savoir, cet article dit tout et son contraire. Ex. Aznavour est né à Paris et sa terre natale est l’Arménie. Je connais Paris, Texas mais pas Paris, Arménie.

  5. Posté par Vautrin le

    À ceux qui parlent « d’évadé fiscal », je réponds : lorsque l’État devient prédateur jusqu’à instaurer la spoliation (Et pour quelles œuvres !!!! Financer l’invasion !), il est légitime de mettre sa fortune à l’abri. Il n’y aurait pas « d’évadé fiscaux » dans un pays raisonnablement démocratique où l’État se cantonnerait au strict exercice (efficace) de ses rôles régaliens.

  6. Posté par Vautrin le

    « Mes amours, mes ennuis, mes emmerdes… » C’est le lot de tout un chacun, et sans doute plus dur pour celui qui choisit du fond du cœur l’intégration à une culture étrangère. À ceux qui nous envahissent aujourd’hui, nos forbans de gouvernants offrent des plateaux d’alouettes toutes rôties. À nos frais, naturellement. Tel est le train quotidien de l’ethnocide.
    Face aux envahisseurs, Aznavour est l’archétype de ceux que nous voudrions accueillir.

  7. Posté par miranda le

    En fait quand les parents ne refusent pas « l’intégration de leurs enfants », ELLE SE FAIT.

    Mais beaucoup de parents entretiennent la nostalgie, une nostalgie qui n’est pas forcément joyeuse, mais une nostalgie au goût de regrets, voire dépressive.Et l’enfant LA PORTE malgré lui, à son insu.

    Combien d’enfants d’immigrés sont frustrés de sorties, de participation à des groupes de créativité ou à des cours de sports, parce que Papa et Maman économisent pour la maison qu’on construit au pays, pour la retraite. J’en ai connu beaucoup, beaucoup.

    Quand un parent immigré arrive dans un nouveau pays, des cours doivent lui être proposés pour lui apprendre CE QU’IL FAUT FAIRE ET NE PAS FAIRE pour que son enfant ait un avenir normal.
    La liste de ce qu’il faut faire et ne pas faire « est extrêmement longue ». Donc les cours doivent être faits sur la durée.

  8. Posté par Claire le

    Oui, il y a eu une époque où certains immigrés pouvaient être une chance pour le pays où ils avaient choisi de vivre, même quand c’était pour des raisons économiques. Cela a été le cas pour les Arméniens et tous les Européens qui sont venus vivre en France (Italiens, Espagnols, Portugais, Polonais…), parce qu’ils étaient d’une culture similaire, et qu’ils avaient la même religion chrétienne. Donc, dès la deuxième génération, ils étaient assimilés.
    Le problème, depuis les années 70 et le regroupement familial de Giscard, c’est qu’on a laissé entrer des masses d’immigrés allogènes, musulmans ou noirs, venant de cultures et de religions totalement différentes et incompatibles avec les nôtres. (En revanche, on n’a jamais eu de problème avec les asiatiques – Vietnamiens, Cambodgiens, etc.- suffisamment souples et intelligents pour s’adapter, même s’ils ne s’intègrent pas totalement). De plus, on leur a bien dit de garder leurs coutumes et leur mode de vie, quitte à changer le nôtre pour leur plaire. C’est là que le multiculturalisme devient multi-conflictuel, en dépit de ce que nos idéologues mondialistes et immigrationnistes nous serinent à longueur de journée.

  9. Posté par Gaston Siebesiech le

    Le coeur, arménien.
    La tête Française.
    Et le reste à St Sulpice en Suisse, oui, il est pas tomber sur la tête le Monsieur. Un arrangement fiscal, non vous pensez, il aimesimplement voir la France de la Suisse.

  10. Posté par Le râleur le

    Je lis qu’il est exilé fiscal….
    Mauvaise langue:pensez- à Depardieu qui lui,renie la France par ses goûts bizarres.
    Aznavour vit en France actuellement.

  11. Posté par UnOurs le

    Que cet exilé fiscal aille prêcher la diversité turque en Arménie !

  12. Posté par UnOurs le

    Quelle tristesse que même, de notre bord, une majorité n’a toujours pas compris le véritable enjeu à savoir la survie PHYSIQUE des Européens en Europe !

  13. Posté par Panache l'Écureuil le

    Très bon article. Et je partage sans réserve aucune l’avis de Mezigues.
    Quelques livres de Charles Aznavour, tous aux éditions Flammarion:
    – Le temps des avants (2003).
    – Images de ma vie (2005).
    – Mon père, ce géant. 16 nouvelles (2007):
    L’art d’être grand-père * Le clown et l’enfant * Le livre d’images * Le saisonnier, o sole mio * Mon père, ce géant * Mon SNF de chien * On * Pour la France * Star Kleenex * Un réveillon particulier * Boudou, le singe qui descendait de l’homme * De la haine à l’amour * Un père seul * Cette nuit-là * Une place pour le paradis * Le reman d’Armen Mehmed.

    Site d’information:
    http://www.armenews.com

  14. Posté par Peter Bishop le

    Pour citer encore un meilleur exemple : le Japon !
    On n’imaginerai pas quelqu’un avec la nationalité japonaise, la culture japonaise et … noir !

  15. Posté par bigjames le

    Lâche nous un peu , Charles.
    T es largué. T as pas pigé ce qui se passe.

  16. Posté par Peter Bishop le

    Je ne crois absolument pas qu’on puisse avoir 2 origines, 2 cultures, 2 pays en même temps !
    C’est comme si vous disiez, je suis chrétien ET musulmans, c’est impossible. Quand bien même il y a des points communs entre les 2 et quand bien même vous aimez bien les 2, vous ne pouvez pas être les 2 !
    Qui plus est, la composante raciale n’est jamais évoquée mais est pourtant tout aussi importante que la composante culturelle.
    Donc en conclusion, 1 pays = 1 culture = 1 race !
    Tu es de nationalité française, de culture française et blanc. Tu ne peux pas être de nationalité française, de culture française ET marocaine (par ex) et arabe.

  17. Posté par aldo le

    Le disque immigrasioniste est rayé. De quel droit ce type talentueux se permet de vouloir nous imposer fiscalement 99% de crapules du monde entier sous prétexte qu’il y a 1% de « génies » comme lui qui ne vont surtout pas en couvrir les coûts, et en plus, qui vont chercher à échapper aux impôts, comme Enrico Macias qui s’est fait escroquer par des banques islandaises et des juges pas trop futés pour comprendre que les escrocs avaient prémédité leur coup.

    A l’image d’une faune de « chanteurs » tous vampés et entretenus par Edit Piaf n’était-il pas un simple prostitué donneur de leçons? Et pourquoi ne pas penser à Macron et sa maman bis qui gouverne la France en sous-main grâce à lui, sans avoir été soumise à l’élection. Il y a toujours quelques choses à cacher chez ces donneurs de leçon professionnels .

  18. Posté par Fabien Friederich le

    Les enfants de Charles, eux, sont Suisses. Lui n’est que domicilié en Suisse. C’est commode pour gérer l’héritage.

  19. Posté par Mezigues le

    Je vois que certains commentateurs n’ont pas vraiment compris le sens de l’article!
    La logique de l’immigré Aznavour est implacable. Que nos autorités s’en inspire et l’applique et il n’y aura plus de problème d’immigrés!

  20. Posté par JeanDa le

    Il a tout compris. Du moins le croit-il.
    Il paraît que beaucoup d’entre nous finissent à son image : gâteux.

  21. Posté par Dan Ruegsegger le

    Un grand homme qui n’a rien perdu de son aménité.

  22. Posté par Etienne le

    La situation actuelle n’a plus rien à voir avec celle de l’arrivée de Ch. Aznavour en France.
    Cependant, rien ne l’empêche – puisque l’accueil est son rêve – de proposer à son pays d’origine, l’Arménie, de recevoir les illégaux envahisseurs que nous ne voulons pas implanter chez nous.

  23. Posté par Bussy le

    Il faut abandonner une grande partie de son ancienne culture pour adopter la nouvelle. Cet abandon est indispensable pour pouvoir s’assimiler complètement au pays d’accueil. Le choix est très simple : « Il faut le faire ou il faut partir. »
    Tout est dit !
    Pourquoi les malfaisants qui gouvernent nos pays ne comprennent pas ça ? Corrompus jusqu’à l’os, complètement malades idéologiquement, simplement cons comme des balais ?
    Un grand, un très grand cet Aznavour ! Merci à lui !

  24. Posté par Dupond le

    Lui qui est fervent de l’imigration nous lui souhaitons un entourage turque ….Cela lui remémorera de joyeux souvenirs . Charles tu es vieux ,tu as choisis la Suisse pour payer moins d’impots ,alors profites des derniers jours qui te reste a vivre « chante et ne parle plus »

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.