Être humain, pleinement, d’Axel Kahn

Francis Richard
Resp. Ressources humaines
Etre humain, pleinement KAHN

Qu'est-ce qu'Être humain, pleinement? Vaste question, à laquelle Axel Kahn tente de répondre dans cet essai à partir d'un apologue plausible, qui sert de fil conducteur au livre pour transmettre les réflexions auxquelles sa vie d'homme, de généticien, puis de chemineau, l'ont conduit.

 

L'auteur imagine en effet une famille composée d'un père, d'une mère, de deux jumelles, qui vivent dans la partie indonésienne de Bornéo et sont de religion musulmane. Le père, Ahmad, est médecin. La mère, Purwanti, est une jeune infirmière. Ils ont ensemble deux filles, deux vraies jumelles, Dewi et Eka.

 

Le malheur s'abat sur eux sous la forme d'un incendie qui ravage leur maison alors que leurs deux jumelles n'ont que quelques mois. Ahmad retourne dans le brasier et sauve d'abord Dewi, puis Eka. Mais, pour sauver celle-ci, il est obligé de sortir de la maison par derrière, où il est retrouvé mort, seul, bien plus tard.

 

On pense qu'Eka est morte dans l'incendie, alors qu'elle a été emportée par une femelle orang-outan, qui venait de perdre un petit. Le destin des deux jumelles va complètement diverger alors qu'elles sont pourtant les deux individus d'un clone unique. Elles n'ont pas en effet bénéficié du même environnement.

 

Dewi va devenir une grande scientifique et recevoir à quelque quarante ans le prix Nobel de physiologie et de médecine. Eka va être retrouvée nue, à environ dix ans, en bordure de la grande forêt d'un parc de Bornéo, et mourir jeune: son quotient intellectuel ne dépassera jamais celui d'un enfant de trois à quatre ans.

 

A partir de cet apologue l'auteur se pose la question: de quoi a-t-on besoin, au juste, pour être humain, pleinement? Et pour y répondre, il examine comment un être humain se bâtit, comment il s'épanouit, comment il donne un sens à sa vie, à travers ses projets, ses ambitions et sa conception du bonheur.

 

Pour se bâtir, il faut être en contact avec les autres: Dewi, comme tout être humain, n'a pu en arriver à exprimer toutes ses potentialités que grâce à des échanges permanents avec des semblables, mère, famille, maître, amis, la société en général. La dépendance vis-à-vis d'autrui pour devenir soi est absolue.

 

Pour s'épanouir l'être humain suit de multiples voies: l'amitié, l'amour, la maternité, être parent, la spiritualité, la religion, la pensée, le travail, la beauté: Le sentiment de beauté possède nécessairement des fondements universels et d'autres qui dépendent des cultures, des modes et des itinéraires individuels.

 

Pour donner un sens à sa vie, l'auteur, agnostique, sait qu'il ne peut se passer de l'autre, comme tout être humain: L'autre est, comme pour l'édification de soi, la seule référence solide pour parvenir à apporter une réponse rationnelle à la question du sens à donner soi-même à une existence qui en est dépourvue.

 

Sans doute est-ce pourquoi Axel Kahn écrit, fasciné par le proverbe gitan affirmant que toute richesse qui n'est ni donnée ni partagée est perdue:

 

Pour moi, écrire est devenu un besoin ardent, une pièce centrale de mes projets qui participe [...] à cet enrichissement personnel dont la justification est la disponibilité des richesses ainsi accumulées pour quiconque désire s'en saisir.

 

Le lecteur désireux de se saisir de ces richesses, qui sont autant de biens de l'esprit, plongera volontiers dans ce livre dense, écrit par un être pleinement humain, et en fera son miel, c'est-à-dire en tirera une quintessence toute personnelle.

 

Francis Richard

 

Être humain, pleinement, Axel Kahn, 252 pages, Stock

 

Livres précédents chez le même éditeur:

Pensées en chemin (2014)

Entre deux mers - Voyage au bout de soi (2015)

 

Publication commune lesobservateurs.ch et Le blog de Francis Richard

4 commentaires

  1. Posté par Claire le

    Axel Kahn est un bobo gaucho bien pensant qui, bien que scientifique de formation, a depuis longtemps enfourché les dadas à la mode de la pensée unique. Il a longtemps été socialiste et s’est revendiqué comme tel. Alors ses écrits, et ses citations gitanes qui pourraient être mal interprétées, bof…

  2. Posté par Pierre-Henri Reymond le

    Voici un article qui me renvoie directement au livre de Céline Alvarez, « Les lois psychologiques de l’enfant », sous-titré « révélation de l’éducation ». Son postulat de base est que l’enfant est comme programmé pour apprendre et aimer ! J’ajoute, compte tenu de ma mémoire d’enfant, pour servir. Son expérience, de trois ans, avec des enfants de quatre à six ans a brillamment confirmé cette affirmation. Ce livre contient des exemples stupéfiants des capacités d’apprentissage d’un enfant, même nourrisson !
    Céline a été inspirée par Maria Montessori et son prédécesseur. Elle raconte que Maria Montessori, peu avant sa mort, a exprimé sa déception de constater que ceux qui se réclamaient d’elle n’avaient RIEN COMPRIS ! Ils ont fait une doctrine de quelque chose de vivant. Une religion en quelque sorte. Une recette, un truc, une idole !
    Perverses sont les actions de la caste que je nomme « la maîtresse d’école », visant à produire ce qui est déjà « programmé ».
    Voici un article qui me renvoie directement au livre de Céline Alvarez, « Les lois psychologiques de l’enfant », sous-titré « révélation de l’éducation ». Son postulat de base est que l’enfant est comme programmé pour apprendre et aimer ! J’ajoute, compte tenu de ma mémoire d’enfant, pour servir. Son expérience, de trois ans, avec des enfants de quatre à six ans a brillamment confirmé cette affirmation. Ce livre contient des exemples stupéfiants des capacités d’apprentissage d’un enfant, même nourrisson !
    Céline a été inspirée par Maria Montessori et son prédécesseur. Elle raconte que Maria Montessori, peu avant sa mort, a exprimé sa déception de constater que ceux qui se réclamaient d’elle n’avaient RIEN COMPRIS ! Ils ont fait une doctrine de quelque chose de vivant. Une religion en quelque sorte. Une recette, un truc, une idole !
    Perverses sont les actions de la caste que je nomme « la maîtresse d’école », visant à produire ce qui est déjà « programmé ».

  3. Posté par TulliaCiceronis le

    Bendisdon… La minute « développement personnel expliqué à mon fils », voilà ce qui nous manquait ici…Sans intention de vous chagriner : quelle mélasse !

  4. Posté par Bussy le

    « Le proverbe gitan affirmant que toute richesse qui n’est ni donnée ni partagée est perdue »…. c’est très beau à lire mais attention, il y a des gens, se trouvant être ceux qui ne produisent aucune richesse, qui vont traduire ça de cette manière : « Donne-moi ton fric et casse-toi sinon je t’allume ! » !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.