Esclavage, viols, torture : des femmes racontent leur quotidien dans l’Etat islamique (EXCLUSIF)

post_thumb_default

 

Elles avaient rejoint les territoires syriens contrôlés par l'Etat islamique depuis leurs pays d'origine, parfois accompagnées de leurs maris, espérant pouvoir vivre dans le rigoureux respect de l'islam : plusieurs femmes témoignent à RT, après avoir réussi à s'en échapper, de l'enfer qu'elles y ont découvert et du calvaire qu'elles ont enduré.

Khadija, venue de Tunisie avec son époux dans l'espoir de trouver à Raqqa une communauté musulmane soudée et pieuse, regrette amèrement son choix. «Mon mari et moi avons fait une terrible erreur en nous rendant là-bas», confie-t-elle. S'adressant à ceux qui pensent que l'Etat islamique poursuit des objectifs religieux, elle les enjoint à ne pas se laisser berner : «L'Etat islamique n'est pas un Etat musulman, il ne prêche pas l'islam et la charia et ne vit pas en accord avec les principes du prophète et du Coran.»

La jeune femme raconte l'atmosphère de terreur dans laquelle elle a passé trois années de sa vie, les exécutions sommaires et la cruauté des combattants envers les civils. «Quiconque ose protester se voit décapité sans sommation», raconte-t-elle. Les atrocités quotidiennes dans les territoires contrôlés par l'Etat islamique l'ont rendue lucide. «Ces gens-là ne sont pas dans le droit chemin : leur Etat tyrannique est sous l'emprise de Satan», estime-t-elle. 

Prenant conscience de leur erreur, Khadija et son mari ont alors décidé de fuir Raqqa par le sud afin de gagner la ville de Mayadin, puis la Turquie. Sur ce chemin périlleux, elle aura pu mesurer l'ampleur de la cruauté des membres de l'Etat islamique. «Que de souffrance dans tous ces endroits où vivaient femmes et enfants !», se souvient-elle. «Les enfants avaient des poux, parfois la gale, et n'étaient jamais soignés», rapporte-t-elle encore.

Le terrible sort des femmes et des enfants

Mais le plus effrayant reste selon elle le sort réservé aux femmes. Au moindre écart de conduite, celles-ci sont placées dans des dortoirs précaires aux allures de prison, sous la stricte autorité de surveillantes au comportement «répugnant» : absence d'hygiène, mauvais traitement, femmes contraintes d'accoucher seules... Khadija se rappelle du sort d'une détenue qui, alors qu'elle suppliait pour qu'on l'aide à accoucher, ne recevait que l'indifférence la plus froide de la part des surveillantes : «Elle s'est rendue au jardin, tout en saignant abondamment... Elle est restée là toute la nuit sous la pluie, dans le froid : personne ne s'est occupé d'elle, pas même son mari qui, le lendemain matin, passant devant son corps étalé sur le sol, a feint de ne pas la voir, comme si rien ne s'était passé, comme s'il ne s'agissait que d'un chien.» Telle autre femme, raconte Khadija, s'est vue refuser un transfert à l'hôpital alors que sa jambe pourrissait, la condamnant à l'amputation.

Autre glaçante réalité de la vie dans l'Etat islamique : la pratique courante et en pleine expansion de l'esclavage. En plus de leurs femmes, les combattants ont souvent des esclaves sexuelles, ayant un statut comparable à celui d'un objet, pouvant être abusé, échangé ou offert comme cadeau à un tiers. La plupart, de très jeunes filles yézidies, vivent séparément du couple matrimonial. 

Nour al-Khouda, jeune Libanaise ayant suivi son mari endoctriné en Syrie, décrit l'effroyable mécanique de ce commerce florissant. Des fillettes mineures, parfois âgées de 8 ans, sont régulièrement vendues sur des marchés. «Rien n'a plus d'importance à leurs yeux que l'apparence des fillettes : ils les maquillent pour mieux les vendre, généralement pour l'équivalent de 13 000 euros, mais parfois jusqu'à 26 000 euros pour de jeunes vierges», explique-t-elle. On estime qu'entre 3 000 et 5 000 Yézidies sont retenues captives par l'Etat islamique.

Le sort réservé aux épouses officielles n'est guère plus reluisant. Celles-ci ne jouissent d'aucune liberté et d'aucun respect. Mariées contre leur gré la plupart du temps, elles se voient attribuer un nouvel époux d'office après le décès de leur mari au combat.

Lire aussi : Le nouveau chef de l'Etat islamique serait un Français d'origine tunisienne de 35 ans

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

4 commentaires

  1. Posté par Marcassin le

    Mais la description ci-dessus est un copié-collé de la vie du prophète.
    Le reflet du coran et des hadiths.
    Je pense que cette brave dame n’a pas lu le coran.

  2. Posté par frederic le

    Il y aura bien quelques illuminées voilées qui penseront que cet article n’est qu’un tissu de mensonges.

  3. Posté par frederic le

    Quelle idée d’aller dans ce genre de pays. même en tunisie, maroc je n’y fout pas les pieds !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.