Trump défend son fils qu’il estime «innocent» dans l’affaire de la rencontre avec l’avocate russe

post_thumb_default

 

«Ce n’est que la plus énorme chasse aux sorcières dans l’histoire politique. Triste !», a écrit Donald Trump sur Twitter, le 12 juillet, en commentant l’emballement des médias autour d'une rencontre de son fils, en juin 2016, avec l'avocate russe Natalia Vesselnitskaïa.

«Mon fils Donald a fait du bon boulot hier soir», a déclaré le président américain, en commentant l’interview que son fils a accordé à Fox News le 11 juillet sur ce sujet.

Dans l’entretien de Donald Trump Junior avec le présentateur de Fox News Sean Hannity, le fils du dirigeant américain a décrit la rencontre avec Natalia Vesselnitskaïa comme «20 minutes gaspillées». Cette entrevue avait été organisée par Rob Goldstone, un agent publicitaire musical, qui avait contacté Donald Trump Junior et lui avait fait part de la possibilité de recevoir une information potentiellement gênante pour Hillary Clinton.

Lire aussi : Accusations de piratage du Parti démocrate par la Russie : le New York Times fait marche arrière

«Mon intérêt à l’époque était que quelqu’un disposait d'une information sur notre adversaire», a expliqué Donald Trump Junior sur le plateau de Fox News. Pourtant, Natalia n’avait «aucune information à donner et voulait parler de la politique d’adoption et de la loi Magnitski [qui prévoit une série de sanctions contre des fonctionnaires russes]», a-t-il commenté plus tôt, sur son compte Twitter.

Quelques heures plus tôt, le fils aîné de Donald Trump avait décidé de rendre publics des échanges électroniques avec Rob Goldstone, dont la famille est proche des Trump, où ils discutaient de la préparation de la rencontre. «Cette femme, comme elle l’a déclaré publiquement, n’est pas un fonctionnaire du gouvernement russe», lit-on dans un communiqué accompagnant des emails. Une information que Natalia Vesselnitskaïa a confirmée dans une interview avec NBC News. «Je n’ai jamais disposé d’informations gênantes ou sensibles sur Hillary Clinton. Ce n’était pas mon intention d'en avoir», a-t-elle encore dit, ajoutant qu’elle n’avait jamais sollicité elle-même cette rencontre avec Donald Trump Junior.

Lire aussi : Des «pressions» de Trump sur Poutine concernant l’élection présidentielle : «absurde», selon Mosco

Le Kremlin «n’est pas au courant»

Dès la publication par le New York Times de l’article sur la rencontre entre Donald Trump Junior et Natalia Vesselnitskaïa, Moscou a déclaré ne pas connaître la seconde, malgré les allégations du journal sur ses supposés «liens avec le Kremlin».

«J’ai appris avec surprise qu’une avocate russe, […] et le fils de [président américain Donald] Trump étaient accusés de s’être rencontrés. Pour moi c’est bizarre, parce que quand une personne parle à un avocat, où peut être la menace ou le problème ?» s’est encore exclamé le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, en visite à Bruxelles ce 12 juillet. «Je n’étais pas au courant de ces événements, je l’ai appris à la télévision», a-t-il dit. «Il est effarant que des gens sérieux fassent d'un rien une montagne», s’est enfin étonné le diplomate russe.

Lire aussi : «Où sont les gardiens du temple ?» : un présentateur de Fox News dénonce la partialité des médias US

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Bussy le

    Pauvres médias !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.