A propos de Simone Veil

Michel Garroté
Politologue, blogueur
Simone-Veil-1

Simone-Veil-3

   
Michel Garroté  --  Simone Veil, qui avait porté la loi légalisant l'avortement en 1974, est décédée vendredi 30 juin 2017 au matin à l'âge de 89 ans. Elle dépénalisera l'avortement en songeant notamment aux femmes qui avaient recours aux avortements clandestins, tout en défendant une position d’équilibre qui faisait, à l'époque, de l’IVG, une exception et un dernier recours, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui avec "l'avortement de confort" comme moyen de contraception, ce qui n'était le but visé en 1974.
-
Au demeurant, la formule "interruption volontaire de grossesse" est un peu hypocrite. Une "interruption" qualifie ce que l'on interrompt avant de le reprendre plus tard. Or, l'avortement, une fois réalisé, est irréversible. On l'a "interrompu", sans pouvoir le reprendre. "Interruption volontaire de grossesse", avec le mot "volontaire", c'est un peu démagogique : à quel point l'avortement est-il "volontaire", si le "planning familial" et la famille poussent une femme à avorter sans forcément lui décrire les conséquences ?
-
Lorsqu'elle a fait voter la loi sur la dépénalisation de l'avortement par le Parlement, elle était ministre de la Santé, dans le gouvernement Chirac, et, sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing. Elle était donc membre d'un gouvernement de droite et la loi est passée au Parlement avec les voix de la gauche.
-
C'est Giscard qui voulait cette loi et c'est lui qui a été chercher Simone Veil dans ce contexte. Il ne l'a pas nommée ministre de la Justice alors qu'il s'agissait d'une loi, la loi sur la dépénalisation de l'avortement (Simone Veil était juriste), mais ministre de la Santé (alors que Simone Veil n'était pas médecin). Valéry Giscard d'Estaing a choisi une femme, car il pensait que cela faciliterait l'acceptation de la loi en question, au motif de la "libération de la femme".
-
Née le 13 juillet 1927 à Nice dans les Alpes-Maritimes au sein d'une famille juive et laïque, et fille d'un architecte, Simone Jacob, Simone Veil est déportée, à l'âge de 16 ans, en 1944, à Auschwitz, avec sa famille. Elle rencontre à Sciences-Po son futur mari Antoine Veil. Le couple, marié en 1946, aura trois enfants. Antoine est décédé en avril 2013. Simone Veil commence en 1956 sa carrière dans la magistrature, comme substitut à l'administration centrale du ministère de la Justice.
-
Elle est la première femme à devenir secrétaire général du Conseil supérieur de la magistrature (1970-74). Entrée en politique en 1974, comme ministre de la Santé dans le gouvernement Chirac, elle le demeurera dans les trois gouvernements Barre, se voyant adjoindre la Sécurité sociale en 1977-78, et la Famille en 1978-79. Tête de liste UDF lors des premières élections au Parlement européen au suffrage universel en 1979, elle renonce à son poste ministériel pour devenir députée européenne puis présidente du Parlement européen (1979-1982).
-
Réélue en 1984 et 1989, Mme Veil siègera au Parlement à Strasbourg jusqu'en 1993. De 1993 à 1995, Mme Veil est ministre d'Etat, ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville, dans le gouvernement Balladur. Soutien de Raymond Barre à la présidentielle de 1988, elle rallie Edouard Balladur dans la course à l'Elysée en 1995. Elle soutient Nicolas Sarkozy en 2007. Les sondages l'ont à maintes reprises présentée comme "la femme préférée des Français", sachant qu'un sondage n'est jamais qu'un sondage...
-
A propos de Simone Veil et de l'IVG, Jeanne Smits, très critique, écrit notamment, sur son blog (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : Son nom restera pour toujours lié à la loi dépénalisant l'avortement sous l'euphémisme ravageur, "interruption volontaire de grossesse". Simone Veil n'était certes pas seule dans cette entreprise de mort dont les loges ont revendiqué la paternité, et il peut sembler de mauvais goût de n'évoquer que cela dans cette petite « nécro » très parcellaire.
-
Jeanne Smits : Mais enfin, c'est un aspect de sa vie que la presse dans son ensemble juge déterminant pour lui « tresser des couronnes » aujourd'hui et elle-même n'a jamais exprimé de regrets. Au contraire, elle a avec quelque mépris souligné dans son autobiographie que les évêques de France étaient probablement plus soucieux de leur sécurité sociale à l'époque, en 1974, que d'une mobilisation générale contre une loi qui, parmi les premières en Occident, a donné une justification légale à l'assassinat des enfants dans le ventre de leur mère, moyennant force conditions [ndmg - à l'avortement] qui ont été mollement appliquées, voire pas du tout.
-
Jeanne Smits : A raison de quelque 200.000 victimes par an, mal an mal an, on arrive à près de 8,5 millions de petites vies supprimées avec la bénédiction du législateur, sans compter les effets épouvantables sur les femmes qui ont cru qu'avorter, cela ne se faisait sans doute pas « de gaieté de cœur » mais que c'était une sorte de droit.
-
Jeanne Smits : Peut-être Simone Veil a-t-elle, au fil des ans, regretté que cela devienne de plus en plus un droit légalement affirmé par l'élargissement constant des possibilités d'accès à l'IVG, à tel point que l'opposition à l'avortement pour des raisons morales est de plus en plus assimilée à une pression indue sur les femmes, et pénalisée [ndmg - Simone Veil l'a regretté et elle l'a fait savoir]. L'avortement devait être réservé aux cas graves et rester « exceptionnel », assurait-elle en 1974, ajoute Jeanne Smits (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).
-
Michel Garroté pour Les Observateurs
-
http://leblogdejeannesmits.blogspot.ch/2017/06/deces-de-simone-veil-quelques.html
-

25 commentaires

  1. Posté par Pierre-Alain Tissot le

    Un aspect peu connu de Simone Veil : son séjour en Suisse, de retour des camps de la mort, pour une convalescence dans la Villa-du-Port, à Nyon, du 17 août au 26 septembre 1945.
    Dans son autobiographie  » Une vie « , Simone, alors jeune déportée de dix-huit ans, en fait un récit bien sombre, rempli d’incompréhension et d’une certaine aigreur à l’égard de ceux qui l’accueillent.
    Contrairement à beaucoup d’autres survivantes accueillies en Suisse, Simone Jacob a fait preuve d’une certaine ingratitude, bien décevante, même si l’on peut l’expliquer en partie…
    Référence : Éric Monnier – Brigitte Exchaquet-Monnier,  » Retour à la vie. L’accueil en Suisse romande d’anciennes déportées françaises de la Résistance (1945-1947) « , Neuchâtel, Éditions Alphil, 2014, p. 74-82.

  2. Posté par Alberto Da Giussano le

    @ Signorina Vivi, Signorina Marie-France, Signor SD-Vintage,
    En parlant de Simone Veil, une histoire qui remet les pendules a l’heure.
    Sa légende en prend un coup !!!
    Donc je me permet de mettre le lien, afin que le plus de personne possible contemple cette soit disant immortelle … le sujet c’est qu’elle a usurpé l’identité d’une autre personne ! et qu’elle n’a jamais était dans un camps !
    http://liberation-44.forumactif.org/t1410-le-ghetto-boy-et-simone-veil-deux-symboles-de-limposture-du-genocide
    Les Jacob étant et ayant été une famille très aisée et très haute bourgeoisie de la ville de Nice, je conçois qu’un voyage forcé en wagon sur-bondé vers l’Allemagne ait pu lui apparaître comme un calvaire indépassable … le tout suite à une action terroriste d’un membre de leur famille en zone occupé (voir le denier exemplaire de Rivarol pour plus de détails).
    J’ai personnellement connu un ami qui est revenu brisé à tout jamais d’un séjour dans les geôles turcs suite à une affaire de  »drogue » ; hormis le fait qu’il n’a jamais voulu plus en parler, et encore moins s’étaler tout le temps et partout avec indécence pour revendiquer quoique se soit … il est mort jeune et détruit et pas à 89 ans en pleine forme arrogante et vindicative.
    Autre petite incohérence cette lois qu’elle fit voter concernant les dons d’organes français … avec priorité aux citoyens israeliens :
    http://www.israelvalley.com/2017/06/30/disparition-de-simone-weil-beaucoup-disraeliens-lui-doivent-vie/
    Pour finir juste un petit rappel (bien malgré ma pudeur) de ce que fût la  »Libération » en France pour bien des braves gens qui en plus devraient en porter la  »honte » :
    La Libé vue par Michel Audiard
    « Nous autres, enfants du XIVème arrondissement, on peut dire qu’on a été libéré avant tous les autres de la capitale, cela en raison d’une position géographique privilégiée. […] Les Ricains sont arrivés par la porte d’Orléans, on est allé au-devant d’eux […] On était bien content qu’ils arrivent, oui, oui, mais pas tant, remarquez bien, pour que décanillent les ultimes fridolins, que pour mettre fin à l’enthousiasme des ‘’résistants’’ qui commençaient à avoir le coup de tondeuse un peu facile, lequel pouvait – à mon avis – préfigure le coup de flingue. Cette équipe de coiffeurs exaltés me faisait, en vérité, assez peur.
    La mode avait démarré d’un coup. Plusieurs dames du quartier avaient été tondues le matin même, des personnes plutôt gentilles qu’on connaissait bien, avec qui on bavardait souvent sur le pas de la porte les soirs d’été, et voilà qu’on apprenait – dites donc – qu’elles avaient couché avec des soldats allemands ! Rien que ça ! On a peine à croire des choses pareilles ! Des mères de famille, des épouses de prisonniers, qui forniquaient avec des Boches pour une tablette de chocolat ou un litre de lait. En somme pour de la nourriture, même pas pour le plaisir. Faut vraiment être salopes !
    Alors, comme ça, pour rire, les patriotes leur peinturluraient des croix gammées sur les seins et leur rasaient les tifs. Si vous n’étiez pas de leur avis, vous aviez intérêt à ne pas trop le faire savoir, sous peine de vous retrouver devant un tribunal populaire comme il en siégeait sous les préaux d’école, qui vous envoyait devant un peloton également populaire. C’est alors qu’il présidait un tribunal de ce genre que l’on a arrêté l’illustre docteur Petiot – en uniforme de capitaine – qui avait, comme l’on sait, passé une soixantaine de personnes à la casserole.
    Entre parenthèses, puisqu’on parle toubib, je ne connais que deux médecins ayant à proprement parler du génie, mais ni l’un ni l’autre dans la pratique de la médecine : Petiot et Céline. Le premier appartient au panthéon de la criminologie, le second trône sur la plus haute marche de la littérature.
    Mais revenons z’au jour de gloire ! Je conserve un souvenir assez particulier de la libération de mon quartier, souvenir lié à une image enténébrante : celle d’une fillette martyrisée le jour même de l’entrée de l’armée Patton dans Paris.
    Depuis l’aube les blindés s’engouffraient dans la ville. Terrorisé par ce serpent d’acier lui passant au ras des pattes, le lion de Denfert-Rochereau tremblait sur son socle.
    Édentée, disloquée, le corps bleu, éclaté par endroits, le regard vitrifié dans une expression de cheval fou, la fillette avait été abandonnée en travers d’un tas de cailloux au carrefour du boulevard Edgard-Quinet et de la rue de la Gaîté, tout près d’où j’habitais alors.
    Il n’y avait déjà plus personne autour d’elle, comme sur les places de village quand le cirque est parti.
    Ce n’est qu’un peu plus tard que nous avons appris, par des commerçants du coin, comment c’était passée la fiesta : un escadron de farouches résistants, frais du jour, à la coque, descendus des maquis de Barbès, avaient surpris un feldwebel caché chez la jeune personne. Ils avaient – naturlicht ! – flingué le Chleu. Rien à redire. Après quoi ils avaient férocement tatané la gamine avant la tirer par les cheveux jusqu’à la petite place où ils l’avaient attachée au tronc d’un acacia. C’est là qu’ils l’avaient tuée. Oh ! Pas méchant. Plutôt voyez-vous à la rigolade, comme on dégringole des boîtes de conserve à la foire, à ceci près : au lieu des boules de son, ils balançaient des pavés.
    Quand ils l’ont détachée, elle était morte depuis longtemps déjà aux dires des gens. Après l’avoir balancée sur le tas de cailloux, ils avaient pissé dessus puis s’en étaient allé par les rues pavoisées, sous les ampoules multicolores festonnant les terrasses où s’agitaient des petits drapeaux et où les accordéons apprivoisaient les airs nouveaux de Glen Miller. C’était le début de la fête. Je l’avais imaginée un peu autrement. Après ça je suis rentré chez moi, pour suivre à la TSF la suite du feuilleton. Ainsi, devais-je apprendre, entre autres choses gaies, que les Forces Françaises de l’Intérieur avaient à elles seules mis l’armée allemande en déroute.
    Le général De Gaulle devait, par la suite, accréditer ce fait d’armes. On ne l’en remerciera jamais assez. La France venait de passer de la défaite à la victoire, sans passer par la guerre. C’était génial. »
    Michel AUDIARD.
    Publié dans l’excellentissime hebdomadaire RIVAROL n° 2916 – 31 juillet – 3 septembre 2009.

  3. Posté par lampsaque le

    les maladies du bas ventre elles existent surtout dans les pays du tiers monde ou en voix de développement , l’occident n’est qu’un lieu de débauche et c’est toujours d’actualité sur au pays de momo-moliére.

  4. Posté par Marie-France le

    @pierre frankenhauser
    Même si je ne suis pas en doration béate devant Mme Veil, je trouve qu’il y a tout de même des limites à ne pas dépasser, ces propos « humoristiques » sont odieux; c’est un manque de respect envers cette femme et les siens qui ont tant souffert !

  5. Posté par Marie-France le

    A la décharge de Mme veil, il faut rappeler que son projet de loi sur l’IVG avait été suscitée suite à ce que l’on a appelé à l’époque « Le procès de Bobigny »
    Une jeune fille de 17 ans, enceinte suite au viol perpétré par un garçon de son lycée, avait été mise en examen devant un tribunal pour enfant (elle était mineure ) pour s’être fait avorter avec l’aide de sa mère et des collègues de celle-ci, toutes mises en examens —
    Etre condamnée pour ne pas avoir voulu garder l’enfant d’un viol, c’est quand même dur me semble-t-il. On me dira que l’enfant conçu lors d’un viol est un enfant , un être humain comme un autre.. mais quand même.. on peut comprendre que l’IVG dans ce cas -là puisse ne pas être condamnable… Ce sont les dérives de cette loi qui le sont ….

  6. Posté par SD-Vintage le

    @ Sancenay : Je n’ai pas d’opinion sur S. Veil, mais l’esprit humain est tortueux : elle a participé à la Manif pour tous, il fallait oser. Très jeune, appartenant à un milieu proche du pouvoir, après après avoir frôlé la mort, elle a voulu se rendre utile ET être populaire. Elle a suivi le courant crée par des gens se disant généreux. Même les évêques n’étaient pas vraiment contre et ont secrètement cautionné. Tout le monde parlait de la détresse des femmes, des avortements clandestins, des millions de mortes ou presque, mais personne ne parlait des causes saufs quelques vieux ringards.
    Et puis, prise dans le tourbillon de la gloire, des médias, du pouvoir qui vous déforme, célébrée en permanence…
    Je n’excuse pas, j’essaie de comprendre.

  7. Posté par Sancenay le

    A SD-Vintage,
    je ne crois en rien au « repentir » de Simone Veil .Ce sont des larmes de crocodiles .Une cynique manigance pour enrayer les critiques montantes tellement pertinentes. Avec la puissance qui était la sienne elle aurait pu et du donner toute l’ampleur attendue à ses « regrets  » et à ses faux doutes. Loin de là , elle a discrètement feint d’exprimer de si timides réserves sur la « dérive  » – le doux mot de la langue de bois !- à la seule de désarmer les critiques et les justes reproches. Les media ne s’y sont pas trompés qui ont aussitôt salué la « si discrète grandeur d’âme  » Quelle triste farce. Pour aller jusqu’à décorer de la légion dite « d’honneur » la mère Boutin, l’une et l’autre se donnant ainsi l’absolution en quelque sorte, il fallait oser le cynisme !

  8. Posté par SD-Vintage le

    @ Alberto Da Giussano : « Sur Simone Veil … Cette femme était vraiment »habitée’ par je ne sait quelle haine de la France et des européens en général » : peut-être parce qu’elle était juive et qu’elle sortait d’Auschwitz, et qu’elle en rendait le peuple français et l’Europe en général responsable, ce qui n’est pas faux. Mais cette lâcheté des Français qui a conduit à la défaite face au nazisme, qui a pu triompher en Allemagne du fait de la démagogie des partis bourgeois et de l’égoisme des élites, elle l’a encouragée en France face aux idées libertaires des élites, et à la montée d’une religion mortifère dont elle n’a vu les dangers qu’à la fin, sa carrière faite.
    « et aussi bien plus influente et puissante que lui », Giscard : je ne pense pas : le président français, c’est le roi-soleil, il fait ce qu’il veut, même face à une grande famille lorraine.

  9. Posté par Sancenay le

    Merci, Alain pour votre soutien qui n’a pas fait que déplaire également en France…Mais c’est une maigre consolation devant une telle déferlante , un tel acharnement de la mafia de la mort et de la complicité de tant de gogos ou purs complices , Conférence des évêques de France en tête.Mais Dieu merci par les temps qui viennent , il pourrait bien ne pas y avoir de place pour tout le monde au râtelier auquel s’accrochent tant de prébendiers.
    Bonne satisfaction tout de même , il y a de généreux rebelles qui ici tiennent la route et défendent loyalement la vraie cause des femmes envers et contre l’imposture cynique de leur morbide « libération » : SD-Vintage et Alberto Da Guissano que je salue amicalement.

    ps :l’histoire de l’Inquisition en France fait partie intégrante si ce n’est essentielle de la propagande révolutionnaire.De grand historiens ont démontré la très grande relativité de tout ce qui s’est écrit sur le sujet sous l’éclairage obscur des « Lumières » et depuis lors.
    De même pour Monseigneur Lefèvre qui n’ a simplement fait que tenter de s’opposer à la dérive matérialiste ( tant marxiste qu’ultra libéral) qui a conduit l’Eglise au présent relativisme et par conséquent, dans nos « démocraties viellissantes » ( Jean-Paul II, Mémoire et Identité ) à un effondrement drastique des vocations.

  10. Posté par Alberto Da Giussano le

    Cara Signorina Vivi,

    Opala ! Calmez-vous et lisez quand même ce que j’ai écrit avant de partir dans une crise d’hystérie.
    Bien sûr vous me semblez tellement aveuglée par vos stéréotypes de féministe gauchiste (je me trompe ?) que vous ne semblez même pas avoir compris que j’ai écrit que sur le fond je suis d’accord avec votre 1er message au sujet de la récurrence de situations tragiques (enfin pas toujours … mais passons) pouvant conduire à un avortement et ceci depuis très longtemps …
    Après si vous ne comprenez pas le second degré que j’ai employé pour parler d’une certaine haute bourgeoisie qu’en effet j’exècre ; de la dynastie des Veil (1ère fortune de Lorraine) à celle des BHL (là aussi une des familles les plus riche de France) à celle des DSK et autres Anne Sinclair (et je ne vous parle même pas de la Laura Boldrini et de Gianfranco Casini) alors je vais en passer par le 1er degré pour vous faire comprendre ce qu’est vraiment leur mentalité : ‘’Jean-François Kahn : DSK, un « troussage de domestique »’’
    http://www.madmoizelle.com/jean-francois-kahn-dsk-un-troussage-de-domestique-42672
    Idem pour certaine petite pintades, filles de bonne famille bourgeoise parisienne, milanaise ou romaine … mais néanmoins militantes d’extrême gauche et s’affichant ostensiblement avec un noir ou un maghrébin … entre deux avortements.
    Si vous ne l’aviez pas compris mon empathie ne me porte nullement vers ces gens-là mais vers les braves gens le plus souvent d’extraction modeste, qui comme moi, n’ont jamais trahi personne … à commencer par les jeunes filles trop fragiles ou naïves justement.
    Pour finir à propos de stéréotypes, véritables ceux-ci, vous devriez sortir des vôtres et fréquenter aussi de braves petits gars et gamines de notre famille de pensée (UDC en Suisse, CasaPOUND ou Lega Nord en Italie, …) plutôt que des gauchistes dégénérés, et vous seriez souvent surprise de constater qu’il existe encore des gens naïfs, sincère et honnêtes.
    Quant aux féministes gauchistes que j’ai connus … aucun homme normalement constitué n’a jamais pu les supporter plus de quelques mois (quelques années plus rarement car étant eux-mêmes aussi tarés et de gauche) et elles ont toutes finies divorcées ou mères célibataires ou vielles filles … et dans tous les cas plus ou moins hystériques.

    Un abraccio padano Vivi.

    PS : @ SD-Vintage vous vous faite des illusions et sur Giscard (un pantin prétentieux et lâche) et sur Simone Veil … Cette femme était vraiment  »habitée’ par je ne sait quelle haine de la France et des européens en général et aussi bien plus influente et puissante que lui.
    Nous avons nous aussi des équivalents en Italie comme cette Barbara Spinelli … hélas :
    http://fr.novopress.info/166004/gauche-europeenne-veut-faire-venir-dix-millions-dimmigres-supplementaires/
    http://www.youtube.com/watch?v=XVGOjiRdl4I

  11. Posté par SD-Vintage le

    @ VIVI
    « Toutes les femmes et jeunes filles sont libre de faire leur choix » : oui, libres d’avoir des relations sexuelles avec qui elles veulent, mais ensuite la logique voudrait que, hommes ou femmes, on assume, car il n’y a rien de plus naturel que de tomber enceinte après un rapport sexuel chez les mammifères. Considérer la sexualité comme un loisir est totalement anti naturel. Depuis l’avortement et la « libération sexuelle », le phénomène des mères célibataires les empêche d’avoir le nombre d’enfants qu’elles auraient voulus, ce qui plombe le renouvellement des générations et la survie de la société elle-même. Triste société d’individus célibataires, libres mais si seuls.
    « Il est vrai que, Madame Veil, a subit l’Enfer du plus profond et cruel antisémitisme viscéral » : aucun rapport avec l’avortement qui concerne également les Juifs.
    « puritains et faux-puritains hypocrites » : des gens comme vous en somme ? « Puritain » ne veut rien dire, c’est un cliché, une insulte. Ce sont les « puritains » qui financent les foyers où les jeunes filles peuvent élever les enfants qu’elles n’ont pas voulu avorter. Pas vous, ni S. Veil contrairement à la loi sur l’IVG. Et vous êtes pour la liberté des femmes ?
    « sauver beaucoup de vie de femmes, de jeunes femmes » : beaucoup c’est peut-être exagéré.
     » femmes, de jeunes femmes (…) souvent seules, délaissées, et j’en passe….. » : mais pas suffisamment pour ne pas avoir de relations sexuelles : où était le géniteur ? Et cette société hypocrite qui n’aide pas les femmes seules ?
    « Mais, cela n’est guère de la responsabilité de Madame Veil. » : S. Veil a contribué à faire le premier trou, d’autres l’ont agrandi.
    « Un califat (aucune distinction entre la maudite Sainte Inquisition criminelle et l’EI, hormis que l’une a imposé par la croix et l’autre par la cimeterre, toutes deux par la force, la torture et par le sang) » : je ne soutient pas l’Inquisition mais les deux n’ont strictement rien à voir, c’est un cliché. Il y a d’autres sources de connaissances que la RTS.
    « le dangereux intégriste Marcel Lefebvre », je ne suis pas un spécialiste de cette histoire visiblement interne à l’Eglise catholique mais il fait beaucoup moins de dégâts que l’EI.
    On aurait pu limiter aux « femmes qui ont été abusées et violées » comme à une époque dans la loi espagnole.
    « certains aimeraient conquérir l’Europe par le ventre des femmes », et S. Veil « l’humaniste » y aura beaucoup contribué.

  12. Posté par SD-Vintage le

    Giscard a choisi Simone Veil parce que c’était une femme mais surtout parce qu’elle était juive et qu’elle sortait d’Auschwitz : on ne peut pas traiter de nazie une Juive qui sort d’Auschwitz parce qu’elle massacre les plus petits. Les seuls qui l’ont fait à ma connaissance sont des … Juifs orthodoxes américains.
    De même que le seul qui a osé traiter Ch. Taubira d’esclavagiste à propos de la Grossesse Pour Autrui (GPA) est un député noir antillais de gauche. Aucun blanc ne s’y serait risqué, il aurait été immédiatement traité de raciste.
    D’ailleurs, pour la gauche, toute critique contre Ch. Taubira ou B. Obama ne peut être que motivée par le racisme (Cf. notamment P. Moscovici, J.-Ch. Cambadélis et tous les autres). Cela évite le débat de fond, et l’utilisation de cette stigmatisation que la gauche apprécie tant.
    L’avortement c’est 200 000 victimes chaque année en France, et cela correspond au nombre d’immigrés qui rentrent en France chaque année.
    S. Veil par sa politique « généreuse », elle était très préoccupée par son image comme nombre de politiciens, d’artistes ou de responsables religieux, a contribué à implanter en France un nouvel antisémitisme qui chasse les Juifs, comme beaucoup d’autre français n’ayant pas la bonne religion, de chez eux. Elle l’a regretté, sans avouer la cause à savoir une immigration qu’elle a encouragée, comme elle a regretté que l’avortement soit utilisé comme contraceptif (ce qui était assez hypocrite), comme elle admis avoir menti sur le chiffre des décès de femmes par avortements clandestins, qui était le chiffre des pro-avortement quand celui des anti était beaucoup plus proche de la réalité.
    Beaucoup de regrets sur le tard donc, mais cela lui aura permis d’avoir une belle vie et d’être aimée et reconnue, elle qui en avait tant besoin après avoir failli disparaître dans les fours crématoires du IIIe reich. Cela valait-il le pacte de Faust ? Car la France qu’elle a cautionnée est dans un état bien pire que celle qu’elle a trouvée en arrivant aux affaires. L’enfer est pavé de bonnes intentions.
    Le vrai nom de la loi sur l’avortement, c’est la loi Giscard-Chirac. Elle ne fut qu’un porte-parole, un faire valoir.

  13. Posté par Vivi le

    Laissez-moi répondre à
    @ la légende de
    Alberto Da Giussano

    Débutons par un peu de culture : IVG = Intervention VOLONTAIRE de Grossesse …. donc cette Loi n’oblige personne à avorter ….

    Toutes les femmes et jeunes filles sont libre de faire leur choix. Au moins cette Loi, protège toutes les femmes et jeunes filles de tout milieu et sans distinctions confessionnelles de perdre leur vie à leur tour.
    Lors d’une IVG faites clandestinement, sachez, que même beaucoup de femmes et jeunes filles abusées, n’avaient le droit d’avorter légalement avant cette Loi …
    Mais, je pense que leur vie vous importe bien peu, Alberto Da Giussano..

    Je constate en vous lisant dans votre commentaire réponse, que vous avez une profonde haine/ mépris pour fut Madame Simone Veil, comme si cette noble femme représentait le Diable. Que diantre ! Que vous a -t elle fait ? Votre haine sent la haine antisémite profonde, Alberto Da Giussano….

    Il est vrai que, Madame Veil, a subit l’Enfer du plus profond et cruel antisémitisme viscéral que le monde ignoblement continue encore maintenant à cultiver et à reproduire, par ignorance, par jalousie, par pure méchanceté, par haine du Juif … et ceci depuis bien avant le Moyen-Âge … comme quoi pas tout le monde a su évoluer…
    De toutes évidences et sans nulles contestations possible, vous, Alberto Da Giussano, vous en êtes la plus parfaite et sordide preuve….

    Quoiqu’il en soit, Madame Veil, a su tenir tête à beaucoup de puritains et faux-puritains hypocrites, et sauver beaucoup de vie de femmes, de jeunes femmes, qui de toutes manières, allaient avorter d’une façon ou d’une autre et cela guère de gaité de coeur, mais souvent seules, délaissées, et j’en passe…..

    Il est vrai, que La loi a été depuis modifiée, et le lapse de temps pour pouvoir faire une IVG, a été allongée. Mais, cela n’est guère de la responsabilité de Madame Veil.

    Concernant votre commentaire sur SIC « les métèques en rut » (vous avez un verbe sorti tout droit des cloaques des propagandes nazies), comme vous le savez sûrement, de plus en plus d’immigrants/réfugiés arrivent en Europe et des cas d’abus sexuels sont en augmentation, sans omettre ceux commis par des citoyens européens bien de chez-nous….

    Je tiens également à souligner ici, qu’il n’y a pas que ceux que vous qualifié de « métèques » qui sont en « rut », il existe également des européens bien de chez-nous qui le sont également, Alberto Da Giussano….

    Que proposez-vous, Alberto Da Giussano ? Une nouvelle Sainte Inquisition assassine criminelle avec son cortège de buchés et ses tortures ? Un califat (aucune distinction entre la maudite Sainte Inquisition criminelle et l’EI, hormis que l’une a imposé par la croix et l’autre par la cimeterre, toutes deux par la force, la torture et par le sang)? Des nouveaux camps d’exterminations ? Faire revivre le diable Adolph le déglingué et ses hyènes galeuses ? Faire renaître le diable nommé Torquemada et sa cohorte de démons ? Faire revivre le dangereux intégriste Marcel Lefebvre et faire régner sa virulente et rétrograde confrérie SPX sur toute la Suisse, ainsi que sur toute l’Europe ?
    Que proposez-vous, Alberto Da Giussano ?

    J’imagine facilement, qu’en plus du fait, que ces femmes qui ont été abusées et violées, elles devraient garder ces enfants pour satisfaire votre bonne conscience puritaine, n’est-ce pas ? D’ailleurs, certains aimeraient conquérir l’Europe par le ventre des femmes …. Vous n’avez absolument rien à leur envier… Vous leurs feriez mème rougir de jalousie, Alberto Da Giussano….

  14. Posté par Alberto Da Giussano le

    @ Vivi,
    J’ai lu votre commentaire et je le trouve très pertinent.
    En effet comme tous ici vous constatez que dans un monde idéal le fait de devoir recourir à un avortement ne devrais pas exister.
    Sur l’idéal et sur la réalité de sa confrontation à un monde trop souvent sordide ; là aussi vous avez raison.
    Maintenant est-ce à dire que Mme. Simone Veil en rendant légal (en tant que Ministre de la santé) l’avortement à redu notre monde moins sordide ?
    Je ne crois pas.
    Par contre ce que je constate c’est qu’en effet pour les notables de la haute bourgeoisie dans laquelle elle a toujours évoluée ce fût un grand progrès … pensez donc, plus besoin de se cacher pour financer un aller / retour en GB ou en Suisse pour quelques gamine ou soubrette naïve qui n’avait pas su résister aux avances du ‘’Monsieur’’.
    Idem pour la bobo dégénérée moralement qui se laisse aller à un ‘’moment d’égarement’’ avec quelque ‘’métèque’’ en rut …
    Je ne sais pas ce qui est préférable entre que naissent en plus des dizaines et des dizaines de pauvres gars et gamines issus d’un ‘’moment d’égarement’’, il y en a déjà tant qui traînent leur vie comme une plaie qu’ils n’ont pas désiré, ou d’en recourir à un presque meurtre qui supprime des ‘’effets’’ dont il cautionne les causes véritables.
    Dans tous les cas c’est à tout coup du gagnant-gagnant pour le Diable : soit une vie entière sans sens véritable … soit l’horreur, terriblement brève, d’un avortement.
    […]

  15. Posté par Vivi le

    Extrait d’un commentaire que j’avais écrit pour:
    http://lesobservateurs.ch/2014/01/16/avortement-le-reportage-qui-fait-changer-lespagne/

    L’avortement une histoire de femmes enceintes uniquement ?
    Et la responsabilité des hommes ? On n’en parle pas ? Ces femmes ne sont pas tombées enceinte toutes seules !
    Malheureusement dans le cas de grossesses non souhaitées; ce sont presque toujours les femmes uniquement; à qui il leur incombe de tout assumer moralement et physiquement et dans la majorité des cas sans l’aide et le soutient du père « géniteur- fécondateur », ni de la société.

    Ces femmes seront pointées du doigt surtout lors de grossesse hors mariage, par une horde de puritains et/ou des hardes de faux- puritains.
    Si elles avortent, elles seront traitées de mères infanticides.
    Si elles portent leur grossesse à terme et deviennent filles-mères (mamans célibataires); elles seront traitées de traînées et/ou de femme irresponsables car elles auront fait le choix de mettre au monde un enfant dans une situation économiquement précaire ( et souvent sans aide financière sociale) … PARADOXALEMENT on leur reprochera de ne pas avoir avorté , surtout si par la suite tragiquement elles se trouveront dans la déchirante situation de devoir donner son enfant en adoption ou à un orphelinat.

    Pour en revenir au sujet qui nous occupe, je vous rappelle que c’est seulement au début du xxe siècle, afin de protéger la vie des femmes que l’avortement a été légalisé dans de nombreux pays. Et que l’Histoire de l’avortement ne date pas de hier mais remonte selon l’anthropologie à l’antiquité!
    Si tous les puritains, et faux- puritains arrêteraient de jeter des pierres, mais tendraient leurs mains …
    si les égoïstes contempleraient moins leur nombril,
    si les hommes et les femmes feraient plus attention,
    si tout monde se sentirait vraiment concerné par le sort et bien être de tous les enfants, de nos enfants et de leur maman … …..Peut-être que enfin le nombre d’avortements diminueraient vraiment considérablement …

  16. Posté par UnCanidé le

    @Alberto Da Giussano : « Je ne savais pas à l’époque sa TOUTE PUISSANCE … »
    Enfin, on fait allusion à la CAUSE de l’immigration/invasion qui détruit l’occident (Europe + USA). En effet, Simone Veil est non seulement à l’origine des avortements de masses mais est, dans le même temps, responsable du regroupement familial en France. Donc de la destruction de la France et du Grand Remplacement. Et, sommet de la décadence, elle présentée comme un demi-Dieu par ceux-là même qu’elle a largement contribué à détruire…

  17. Posté par Alberto Da Giussano le

    Juste encore rajouter quelques faits que ‘’La Cuzon’’ m’a expliqué au sujet de cette Simone Veil.
    Etant membre par alliance d’une famille de la très haute bourgeoisie sidérurgique de Lorraine (les Veil -Jacob / Veil … pas très orthodoxe quand on promeut partout et tout le temps le métissage-) c’est à cette grande humaniste que la France fût l’initiatrice de l’immigration de masse.

    ‘’Décret du 29 avril 1976 :

    « Le regroupement familial fut rendu légal, et institutionnalisé, par le président Valéry Giscard d’Estaing, son premier ministre Jacques Chirac et le ministre du Travail Michel Durafour.
    Le texte veut, pour des raisons humanitaires, rapprocher les familles séparées des deux côtés de la Méditerranée. Il est également soutenu par un certain nombre de chefs d’entreprises français qui souhaitent comme Francis Bouygues, dont le personnel est constitué alors de 80 % d’immigrés, une « intégration » des travailleurs algériens et marocains avec leurs familles.
    Conséquence immédiate : des centaines de milliers de femmes et d’enfants quittent l’Afrique du Nord pour s’installer en France. La nouvelle mesure se révèle rapidement comme une catastrophe administrative. Les services sociaux et administratifs sont débordés, la construction des HLM est insuffisante, des bidonvilles se créent. Raymond Barre, nouveau Premier ministre, se rendant compte des difficultés rencontrées par les services administratifs et opposé à l’immigration qu’il perçoit comme un obstacle à la modernisation de l’appareil productif, suspend par décret (1976) le regroupement familial, mais le décret est déclaré illégal par le Conseil d’État. »
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Regroupement_familial

    […]La Cuzon.’’

  18. Posté par MCF68 le

    Et les avortements clandestins avant la loi Veil. Ces femmes qui en mourraient. Pour ne pas les compter ?

  19. Posté par My Suisse le

    @leTaz, le silence est d’or! Le fond de votre pensée vous dévoile totalement!
    Je vous souhaite une très bonne journée.

  20. Posté par Alain le

    M. Garroté excellent article !
    @Sancenay excellent commentaire !

  21. Posté par My Suisse le

    RIP Madame Simone Veil.
    Aux personnes qui s’interessent à un avis plus proche et réaliste: Valeurs Actuelles

  22. Posté par Lalie Jean marc le

    Ne pas oublier non plus que c est Giscard l instigateur de cette loi et que Veil n’a été que l’executrice des basses œuvres de ce monsieur; à chacun sa part de responsabilité si Veil est en enfer Giscard l’y retrouvera !

  23. Posté par Sancenay le

    En dépit de la vague de propagande délirante que ce décès suscite, ceux qui croient à une vie après la mort sont en droit de se demander où en est à l’heure actuelle la malheureuse femme si égarée de son vivant.
    Ce n’est pas la « gloire académique » ou l’adoration quasi mystique du milieu médiatique à son égard qui peuvent désormais l’aider à trouver le repos de l’âme que l’on souhaite à tout défunt.
    Les media ne l’adulaient que parce qu’elle incarna avec véhémence, « violence même » disait ce soir son confrère académicien Jean D’Ormesson, cette étape essentielle de la révolution anthropologique projetée et qui déferle aujourd’hui sur le monde. Etape de la chosification de l’homme par l’homme qu’elle institua en effet avec un acharnement si étrange de la part d’une femme, à fortiori rescapée des camps de la mort en masse, également.
    En tout état de cause, je lui souhaite vivement d’être à présent en mesure de rejoindre là où il repose le grand-Père de mon épouse mort en grand chrétien au camp d’Oranienburg, où il fut déporté par la Gestapo en 1942 en tant que résistant authentique.
    Lui, ses compagnons l’avaient surnommé « le Muet ». Si par extraordinaire, il avait pu réchapper de son camp de la mort, il n’aurait assurément pas fait carrière en politique aux dépends de l’humanité, et, de plus, au profit du système totalitaire nihilo-mondialiste.
    C’est pourquoi l’histoire officielle en cours n’a pas retenu son nom : Louis de Rainvillers.

  24. Posté par Le Taz le

    Le génie que l’on nous présente pour les raisons ad hoc sur lesquelles je ne m’étendrai pas, c’est 200’000 bébés assassinés par année, soit environ 8 millions depuis le début du carnage. Alors Simone, ange ou démon?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.