Festival de Cannes. « In the fade »: Le film où les immigrés sont victimes d’attentats néo-nazis (Le réalisateur est d’origine turque.)

in the fade

Cannes, la capitale mondiale de la bien-pensance durant la deuxième quinzaine de mai a visionné le film du réalisateur allemand Fatih Akin.

L’homme analyse son peu de succès par le fait que ses réalisations seraient trop dérangeantes.

Et il est vrai qu’In the Fade sélectionné par le politiquement correct cinématographique dérange.

XVM61026314-41f5-11e7-a87f-0e95404dcfa0-600x338

Dans le rôle principal, on retrouve l’égérie de Chanel, Diane Kruger. Elle interprète le rôle de Katja, une mère de famille qui a perdu son mari et son fils dans un attentat terroriste à la bombe.

Le film débute par une scène de mariage en prison. Katja y épouse dans une joie et une bonne humeur typiquement orientales, Nuri, un trafiquant de drogue. La blondeur allemande au bras du Kurde viril : ça fantasme dur dans les chaumières mentales du cinéma bobo.

DAveMxiWsAA4N7J.jpg-large-600x338

Sept ans plus tard, les époux du vivre-ensemble, le couple Katja/Nuri, modèle de l’amour intercommunautaire harmonieux à la Hidalgo, sont heureux comme dans une fiction d’Arte. Nuri dirige une agence immobilière, Katja s’occupe de Rocco (c’est vrai dit ?), leur petit garçon.

Et boum. Un attentat. Nuri et Rocco trépassent.

Pas d’islam dans l’histoire.

Un attentat comme toute la gauche le souhaite depuis des années, un attentat de très méchants néo-nazis allemands.

Les deux activistes d’extrême-droite responsables de cet abominable crime raciste sont scandaleusement acquittés. Les juges soutiennent ces gens-là, on le voit tous les jours.

Alors Diane se met en mode chasseresse. Elle retrouve en Grèce les deux compères qui sont sous la protection d’un affreux sympathisant d’Aube dorée. Elle fabrique une bombe pour détruire à son tour les deux très méchants et décide de se faire sauter… avec eux.

In the Fade mâchouille tous les poncifs de la gauche culturellement dominante et montre en même temps son épuisement intellectuel.

Antifascisme bon teint, droits-de-l’hommisme pleurnichards, émotions paroxystiques, engagement glamour de la blonde pour l’Autre, trop c’est trop. Qui peut aujourd’hui adhérer à ce qu’Olivier Delcroix, du Figaro, qualifie de «revenge movie banal, bien pensant et attendu. Du cinéma de série B où Diane Kruger joue une Charles Bronson en jupons».

Pas nous.

Mais aucun problème pour Cannes.

La vertueuse Diane pourrait avoir le prix d’interprétation féminine.

DAvZ_JzW0AEiNTF

Une autre façon de faire barrage à l’extrême droite avec un tapis rouge sang, se féliciteront les jurés.

«C’est un super beau rôle mais je suis émue par le contexte, comment le film est dans l’air du temps, c’est horrible quelque part», a expliqué Diane Kruger. «Ce film a failli me tuer… il m’a laissé dans le vide», dit-elle encore sous le choc du tournage.

Il faut la comprendre, les néo-nazis européens sont tellement cruels, ils commettent tant d’attentats à Paris, Bruxelles, Munich, Berlin, Londres, Manchester…

Pauvre conne !

Le jour où tu abandonneras tes poses Chanel pour montrer une femme qui se venge de terroristes musulmans qui déciment les familles, massacrent des enfants, abattent les policiers, égorgent les curés, nous en reparlerons.

Evitez In the fade.

C’est un film dégueulasse.

Marcus Graven

Ripostelaique.com

16 commentaires

  1. Posté par toyet le

    Que dire de la UFA, la palme d’or?

  2. Posté par rikiki le

    On lui décernera une distinction…

  3. Posté par Justin le

    Le réalisateur ferait mieux d’aller projeter son vomi de film dans les toilettes turques!

  4. Posté par Elsaesser le

    L’inversion des valeurs ne peut que conduire à l’aversion de ce film de propagande à la gloire du multikulti, et au delà, de l’islam mortifère qui précisément est à expédier dans l’au-delà avec tous les islamo-gauchos lobotomisés..

  5. Posté par Loulou le

    Un film de science-fiction, un peu comme Blade Runner.

  6. Posté par Maurice le

    Cette blonde allemande représente parfaitement la majorité des artistes occidentaux et de l’intelligentsia européenne, qui militent pour l’ouverture, faisant l’amalgame entre une ouverture saine, c’est-à-dire une ouverture contrôlée à la fois des marchandises et des personnes afin de préserver l’économie et l’identité d’un pays, et l’ouverture préconisée par les cinglés, qui se rapproche plutôt de l’invasion telle que la vivent actuellement les pays de l’Europe, Suisse y comprise.

  7. Posté par Palador le

    J’ai comme l’impression que ce film, même si le réalisateur a les meilleures intentions du monde, sort au mauvais moment: à peine quelques jours après l’attentat de Manchester ayant fait une majorité de très jeunes victimes, hélas réelles cette fois-ci. Avec un terrible cynisme, certains diront à quoi bon allez voir un film, même s’il est tiré d’une histoire vraie, quand dans la réalité les faits sont encore plus dramatiques et pire encore, les rôles victimes- bourreaux complètement inversés. On attend les prochaines huées et sifflements, une fois ce film sorti en salles, loin du monde doré et superficiel du festival.

  8. Posté par Pierre-Henri Reymond le

    Il y a quelques jours je trouve dans ma boîte à lettres un papier cartonné plié en deux. What is it ? Un pavé du PS de format A5. Une face se présente comme une affiche, « Pour celles et ceux qui manifeste dans la rue », en titre sur fond rouge. Le contenu de l’affiche est d’une originalié de bon aloi (de maîtresse d’école) :
    MAKE LE POPULISME DE DROITE SMALL AGAIN.
    De l’autre côté est collée une double page incluant un bulletin de versement, un court pamphlet, en gras, nous apprenant que « Votre son aide à éviter que les populistes de droite ne saccagent la Suisse dans les 18 mois à venir ». Et un édifiant courrier de Christian Levrat !
    Qui met un nom sur le populisme de droite ! … qui vise à anéantir la Convention européenne des droits de l’homme. Que No-Billag vise à démanteler la SSR pour permettre aux milliardaires… UDC etc
    Bref l’UDC ist eine grosse salopard qui veut barbotier… volieren la démocratie ! (Le Corniaud).
    Je publie les photos de ces documents sur Facebook (sous mon nom) dans quelques minutes.

  9. Posté par Pierre-Henri Reymond le

    Yes! They Cannes! Chez nous aussi ils peuvent. Je vous mijote un extrait pour dans quelques minutes.

  10. Posté par Bussy le

    Grosse bourde de la bien-pensance qui semble accepter qu’on tue et se venge en réaction à des attentats !
    Le « vous aurez pas ma haine » ne fonctionne que dans la vraie vie, c’est-à-dire des attentats islamistes ?
    Et attentats néo-nazis et juges laxistes avec l’extrême droite, c’est vraiment dans l’ère du temps comme le dit cette cruche au QI de mollusque !

  11. Posté par Palador le

    Il me vient une idée, ça me fait penser au film « 99 francs » avec Jean Dujardin, mais rien à voir avec une quelconque ressemblance de ce film dont vous parlez. C’est la scène ou ayant piraté une pub pour un yaourt, il montre des images très crues et réelles sur les conditions d’alimentation mondiales. Ce serait assez drôle en plein festival devant des dizaines de milliers de spectateurs d’insérer quelques images du genre: Europa 2050, crise migratoire, réveillon de Cologne, docus filmés, et autres joyeusetés…Imaginez le buzz ! :)

  12. Posté par miranda le

    CE TYPE NOUS RENVOIE UNE TOTALE INVERSION DE LA REALITE D’AUJOURD’HUI.

    Des milliers de gens sont morts, tués par des néo-nazis allemands. Mais comment n’y avait-on pas pensé?
    Et qui a financé ce film? Ce navet manquant cruellement d’imagination?

  13. Posté par Christian Hofer le

    Le pire étant qu’une femme européenne, blonde, se prête à ce jeu de propagande, de trahison et de multiculturalisme à sens unique.

    Elle renie les siens, méprises nos enfants massacrés, fait l’apogée du métissage et se remplit le portemonnaie par la même occasion.

    Même une prostituée a plus d’éthique.

  14. Posté par Roland G. le

    Et ça marche auprès des populations décérébrées et bêlantes… Quel monde de m… !

  15. Posté par Ralebol le

    Un navet à laisser enterré.

  16. Posté par Panache l'Écureuil le

    Fatih Akin, d’origine turque, aurait-il commis cette toile bien-pensante pour faire contrepoids au film américain qui traite du génocide arménien, un film qui va bientôt sortir sur les écrans?
    En tout cas, « In the fade » a l’air d’un parfait navet.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.